mercredi 19 juin 2024

Séismes en Turquie et en Syrie : Des centaines de milliers de travailleurs ont besoin d’une aide urgente (OIT)

-

 Des centaines de milliers de travailleurs en Turquie et en Syrie ont perdu leurs moyens de subsistance à la suite des tremblements de terre qui ont frappé les provinces du sud-est de la Turquie et du nord de la Syrie en février, selon l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Sans une aide urgente et ciblée, la pauvreté, l’informalité et le travail des enfants risquent d’augmenter, relèvent les dernières évaluations de l’OIT sur l’impact de la catastrophe sur le marché du travail.

Les premières données en provenance de la Turquie indiquent que le tremblement de terre a laissé plus de 658.000 travailleurs sans moyens de subsistance. Selon les sources gouvernementales, plus de 150.000 lieux de travail sont inutilisables. L’OIT estime que les travailleurs concernés subissent en moyenne une perte de revenus de plus de 230 dollars par mois, tant que les dysfonctionnements continuent. Dans l’ensemble, la crise est susceptible d’avoir réduit le revenu du travail net d’environ 150 millions de dollars par mois dans les régions touchées.

Les provinces touchées en Turquie comptent plus de quatre millions de travailleurs, dont la plupart travaillent dans l’agriculture, l’industrie manufacturière, le commerce ou d’autres services à faible valeur ajoutée. L’OIT estime que 58,8 % des heures de travail ont été perdues à Malatya, 48,1 % à Adıyaman et plus de 45,2 % à Hatay.

Outre les pertes d’emploi, l’évaluation de l’OIT sur la Turquie met en garde contre les risques accrus en matière de sécurité et de santé au travail, ainsi que contre le travail des enfants.

En Syrie, où 12 années de guerre civile ont déjà fait payer un lourd tribut à l’économie et au marché du travail, l’évaluation révèle qu’environ 170.000 travailleurs ont perdu leur emploi à la suite des tremblements de terre. Environ 154.000 ménages et plus de 725.000 personnes ont été directement touchés, fait savoir l’OIT. Et de poursuivre qu’environ 35.000 micro, petites et moyennes entreprises (MPME) ont également été affectées, notant que ce « chômage » temporaire a entraîné des pertes totales de revenus du travail équivalant à au moins 5,7 millions de dollars par mois.

Les cinq districts (ou gouvernorats) syriens les plus touchés – Alep, Hama, Idleb, Lattaquié et Tartous – abritaient environ 42,4 % de la population totale du pays. Cette population comprend environ 7,1 millions de personnes en âge de travailler (16 ans ou plus), dont 2,7 millions occupaient un emploi (formel ou informel). 22,8 % d’entre elles sont des femmes.

Immédiatement après les tremblements de terre, l’OIT s’est engagée auprès des populations touchées pour couvrir les besoins d’urgence des travailleurs et de leurs familles.

- Advertisment -