lundi 22 juillet 2024

Découverte de la plus ancienne trace d’impact de météorite sur Terre !

-

En datant des petites sphérules coincées dans des roches volcaniques d’Australie-Occidentale, des chercheurs ont trouvé ce qu’ils pensent être la plus ancienne trace d’un impact de météorite, vieux d’il y a 3,48 milliards d’années !

Durant les premiers instants de la Terre, le Système solaire n’avait pas terminé sa formation, et les impacts de météorites étaient, selon les périodes, bien plus courants qu’aujourd’hui. Des chercheurs tentent de retrouver ces traces d’anciens impacts : une tâche difficile, car l’érosion et la tectonique des plaques ont eu raison de la majorité des cratères et autres archives géologiques.

Actuellement, le plus ancien impact préservé date de 2,23 milliards d’années, et se trouve en Australie-Occidentale. Mais des résultats présentés à la 54e conférence sur les sciences lunaires et planétaires font reculer cet âge, en utilisant une autre méthode de recherche qui se concentre sur les couches d’éjectas d’impacts. 

 Il existe deux groupes de roches liées à l’impact, a déclaré Chris Yakymchuk à LiveScience, géologue à l’Université de Waterloo au Canada. Le premier groupe est celui où il y a encore un cratère d’impact préservé – le plus ancien connu est la structure de Yarrabubba, vieille de 2,23 milliards d’années, en Australie-Occidentale. Le deuxième groupe est celui où nous avons des fragments de roche et de minéraux qui ont été créés par un impact, qui ont été éjectés du cratère d’impact et se trouvent maintenant dans les roches ».

Des sphérules indiquant un impact d’il y a 3,48 milliards d’années

C’est dans des sphérules découvertes en 2019 dans des roches volcaniques du craton de Pibara en Australie que les chercheurs ont fait leur découverte. Elles ont ensuite été datées à 3,48 milliards d’années grâce à leur composition isotopique inhabituelle. Elles contenaient aussi de minuscules bulles, correspondant à des éclaboussures de roche fondue après une frappe de météore ! Les scientifiques ont ainsi conclu à une origine extraterrestre, notamment grâce à la présence de platine ou d’iridium en quantité plus élevée que sur Terre.

Jusqu’à présent, les plus anciennes sphérules de ce type dataient d’il y a 3,47 milliards d’années, provenant aussi du craton de Pibara. Des vérifications manquent cependant, qui devraient arriver prochainement. « Cette nouvelle recherche documente les éjectas dans des roches légèrement plus anciennes, qui ont un âge de 3,48 milliards d’années — environ 10 millions d’années de plus que précédemment, a conclu Chris Yakymchuk. Les résultats semblent robustes, mais l’accès à l’ensemble des données serait nécessaire pour confirmer leur importance ».

 
- Advertisment -