mercredi 19 juin 2024

Meurtre du « policier de Casablanca »: 13 suspects déférés devant la justice

-

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a présenté ce lundi 27 mars, devant le tribunal, les personnes soupçonnées d’implication dans l’assassinat avec préméditation et la mutilation du cadavre d’un policier en fonction

Selon des sources médiatiques, les trois principaux suspects, ainsi que 10 autres prévenus, ont été déférés devant la justice, pour liens présumés avec une cellule terroriste qui visait à porter gravement atteinte à l’ordre public.

Pour rappel, le BCIJ avait révélé que la méthode d’exécution de cet acte criminel, la méthode de mutilation du cadavre, la fonction du policier, le lieu de sa surveillance, les indices qui montrent que les suspects se sont emparés de son arme fonctionnelle et de ses menottes professionnelles, « sont autant de données et d’indices qui ont confirmé dès le départ que nous sommes confrontés à un acte criminel organisé commis par plus de deux personnes au moins« .

Le contexte de cet acte peut avoir des motifs purement criminels, comme le vol, ou peut faire suite à des antécédents extrémistes, avait ajouté le BCIJ, qui avait expliqué que ce qui soutient l’hypothèse d’un terrorisme rapide, est que les suspects n’ont annoncé leur prestation d’allégeance qu’il y a un mois, ce qui rend plus probable cette hypothèse, compte tenu du faible niveau académique des accusés, et qu’il est ainsi facile de les leurrer, en particulier via le « Dark web ».

De plus, l’un de ces accusés avait des antécédents en 2013 de vol violent, de consommation de drogue et de possession d’armes blanches, a-t-il été souligné, ajoutant que ces suspects, âgées de 31, 37 et 50 ans, avaient adopté des méthodes et des tactiques terroristes individuelles, et qu’ils avaient l’intention de profiter de l’arme du policier, afin de voler des agences bancaires pour financer une plus grande opération.

- Advertisment -