samedi 22 juin 2024

Pakistan: Le bilan de l’explosion de Peshawar grimpe à 47 morts

-

 Au moins 47 personnes ont été tuées et environ 150 blessées dans un attentat présumé survenu, lundi, dans une mosquée à l’intérieur du quartier général de la police de Peshawar, dans le Nord-Ouest du Pakistan.

L’explosion s’est produite à l’heure de la prière dans ce lieu extrêmement sensible de la ville, située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l’Afghanistan. L’explosion a poussé le gouvernement à placer l’ensemble du pays sous haute alerte.

Une opération de secours a immédiatement été lancée pour dégager les personnes prises au piège des décombres, le toit et un mur de l’édifice s’étant affaissés sous le souffle de l’explosion.

« Beaucoup de policiers sont ensevelis sous les débris », a déclaré à la presse le chef de la police de Peshawar, Muhammad Ijaz Khan, selon lequel 300 à 400 personnes sont habituellement présentes à l’intérieur de cette mosquée à l’heure de la prière.

Un porte-parole de l’hôpital Lady Reading de Peshawar a annoncé à la presse que le bilan des morts, auparavant de 33, était passé à 47 et au moins 150 blessés.

Le quartier général de la police à Peshawar est l’une des zones les mieux surveillées de la ville. Il abrite aussi les locaux de différentes agences de renseignement.

« Les terroristes veulent créer la panique en ciblant ceux qui remplissent leur devoir consistant à défendre le Pakistan », a déclaré dans un communiqué le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif. « Ceux qui combattent le Pakistan seront éliminés de la surface de la Terre », a-t-il averti.

En mars 2022, un attentat suicide revendiqué par l’EI-K, la branche régionale du groupe dit Etat islamique (EI), dans une mosquée chiite de Peshawar avait fait 64 morts. Il s’agissait de l’attaque la plus meurtrière au Pakistan depuis 2018.

Peshawar a été ravagée par des attentats quasi-quotidiens pendant la première moitié des années 2010, mais la sécurité s’y était grandement améliorée ces dernières années.

Après plusieurs années d’un calme relatif, des attentats ont repris par les talibans pakistanais du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), l’EI-K ou des groupes séparatistes baloutches.

- Advertisment -