samedi 22 juin 2024

Marocains emprisonnés en Lybie: les éclaircissements de Bourita

-

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, s’est exprimé au sujet de la communauté marocaine en Libye, qui jouit d’un statut particulier.

Le ministre est revenu notamment sur le cas des Marocains emprisonnés dans ce pays, notant que depuis le déclenchement de la crise libyenne jusqu’à présent, aucun ressortissant n’a été soumis à aucune forme d’abus ou de persécution. .

Dans une réponse écrite sur la situation de la communauté marocaine résidant en Libye, posée par le Groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants, Bourita a indiqué qu’ en application des hautes instructions royales, le ministère avait pris des mesures urgentes, pour rester en contact constant et continu avec cette communauté.

Et d’ajouter que ces procédures concernent notamment la communication constante avec les autorités libyennes compétentes, et au plus haut niveau, afin d’être rassuré sur les conditions des Marocains qui ont préféré rester en Libye après les campagnes de rapatriement menées par le ministère, après le déclenchement de la crise libyenne.

Les procédures du ministère, selon la réponse de Bourita, concernent également l’affectation du consulat général en Tunisie à la gestion des affaires de la communauté en Libye, et ce, depuis 2014, date de la fermeture temporaire de l’ambassade et des deux consulats généraux à Tripoli et Benghazi.

Concernant les Marocains emprisonnés en Libye, qui ont été arrêtés dans le cadre de l’immigration clandestine, le ministre ajoute, dans la réponse consultée par SNRTnews, que « le consulat général du Maroc à Tunis est en contact permanent avec eux, et des laissez-passer sont délivrés de temps en temps pour ceux que les autorités libyennes libèrent une fois leur identité marocaine est confirmée ».

A ce jour, ajoute-t-on, l’identité de 250 détenus a été confirmée, et des laissez-passer leur ont été délivrés, disponibles au consulat général en Tunisie, dans l’attente de la reprise des vols entre le Maroc et la Libye. Bourita note que certains d’entre eux reçoivent des billets d’avion de leurs familles ou de certains organismes concernés par l’immigration, afin de les rapatrier vers le Maroc.

Le ministre ajoute que le traitement qu’ils reçoivent des Libyens, « est un traitement acceptable, contrairement à ce que certains médias sociaux promeuvent ».

- Advertisment -