mercredi 19 juin 2024

Maroc-Bahreïn : réunion de la Commission mixte, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi et Son frère

-

Le Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, est arrivé, aujourd’hui au Royaume de Bahreïn, pour participer aux travaux de la 5ème session de la Commission mixte Maroc-Bahreïn.

En illustration des relations historiques et civilisationnelles ancrées, ainsi que des liens fraternels sincères unissant le Royaume du Maroc au Royaume de Bahreïn, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son frère Sa Majesté le Roi Hamad Ben Issa Al Khalifa, la 5ème session de la Commission mixte Maroc-Bahreïn se réunit jeudi à Manama, cinq ans après la dernière réunion tenue le 27 février 2018 à Rabat.

Depuis la première session le 29 juillet 2001 à Tanger, la Commission mixte Maroc-Bahreïn a tenu quatre sessions, en alternance entre le Maroc et le Bahreïn, présidées par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

La tenue de la 5ème session coïncide avec le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux Royaumes, ce qui affirme la volonté commune des deux pays de hisser les relations de coopération fructueuse au niveau d’un partenariat stratégique efficient, en vue de réaliser les objectifs escompté sur tous les plans, politique, économique, commercial, culturel, social et d’investissements.

A la veille de cette session, les hauts fonctionnaires et les experts des deux pays ont tenu une réunion consacrée à l’examen des relations politiques et aux questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Ces questions ont reflété une convergence des points de vue, ainsi qu’une volonté continue d’une coordination en la matière.

De même, les représentants des différents départements ministériels et des institutions publiques, ainsi que les représentants du secteur privé dans les deux pays se sont réunis pour évaluer, étudier et examiner les différents aspects de coopération en place, ainsi que les perspectives de développement et de diversification de cette coopération afin de la hisser au niveau du partenariat souhaité.

Les relations entre les deux pays se distinguent par le respect mutuel et la convergence des points de vue sur plusieurs questions internationales. Des relations renforcées davantage par les liens fraternels forts liant les deux Souverains. D’autant plus que le Maroc était l’un des premiers pays à reconnaître le Bahreïn après son indépendance en 1971, avant de nommer son premier ambassadeur résidant à Manama en 1988.

La position du Bahreïn se distingue par un soutien total à l’intégrité territoriale du Maroc et à la marocanité du Sahara. Une position illustrée par l’ouverture, le 14 décembre 2020, d’un consulat général de Bahreïn dans la ville de Lâayoune.

La partie bahreïnie ne cesse de renouveler ce soutien dans l’ensemble des instances régionales et internationales, saluant le rôle important du Maroc, sous la conduite de SM le Roi, dans le soutien des différentes questions qui intéressent le Bahreïn, ainsi que ses positions en faveur des questions arabes.

De son côté, le Maroc n’a eu de cesse de réaffirmer son soutien au Bahreïn et aux initiatives et chantiers de réformes menés par le Souverain bahreïni, en vue de consolider le dialogue nationale et renforcer l’édifice démocratique, à même de préserver la souveraineté, la sûreté, la stabilité et l’intégrité nationale et territoriale du Royaume de Bahreïn.

La Haute commission mixte entre les deux pays a été créée en vertu d’une convention signée le 29 juillet 2000 à Rabat, lors d’une cérémonie présidée par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

Bien que les échanges commerciaux entre les deux pays soient passés de 1,21 milliards de dirhams en 2020 à plus de 2,1 milliards de dirhams en 2021, ils restent néanmoins en dessous des aspirations communes des deux pays et de leurs potentialités économiques.

Les conventions qui devraient être signées lors des travaux de cette 5ème session de la Haute commission mixte, sont à même de renforcer le cadre juridique des relations bilatérale et contribuer à l’enrichissement de l’élan qui distingue la coopération fructueuse entre les deux Royaumes.

- Advertisment -