vendredi 21 juin 2024

Un pseudo-reportage sur la contrebande du  » zellige algérien » objet de moqueries sur les réseaux sociaux

-

Lorsque la presse algérienne ou encore ses  dirigeants s’ennuient et veulent éviter de se pencher sur les problèmes sociaux et économiques que traverse leur pays, ils s’adonnent à leur activité favorite: Se ridiculiser avec le Maroc en trame.

Un récent « pseudo-reportage », d’une chaîne algérienne, a essayé tant bien que mal de montrer le démantèlement d’une soi-disant opération de contrebande du  » zellige algérien » , qui remonterait semble-t-il à l’époque ottomane, et la cargaison devait avoir pour destination… le Maroc.

Un reportage et une opération policière, montée de toute pièces d’un ridicule si étonnant qu’il a déclenché une vague de moqueries sur les réseaux sociaux.

Diffusé sur la chaîne algérienne Annahar, le reportage, intitulé «Des ports aux aéroports… Les douaniers aux aguets» et visant à faire croire à l’opinion publique algérienne que le zellige serait d’origine algérienne (après le scandale des maillots algériens d’Adidas) met en scène un gendarme extrayant des morceaux de zellige de cartons, tandis que le commentateur indique que les investigations policières ont montré que ce zellige était «dirigé vers le Maroc».

Cette « comédie » , décortiquée par les militants marocains et les observateurs, a été qualifié de « scène imparfaitement représentative », d’autant plus que les frontières aériennes et terrestres entre le Maroc et l’Algérie sont fermées, outre le fait que le gendarme a confirmé que ce fameux «Zellige» objet de la soi-disant opération de contrebande remonterait à l’époque ottomane, immédiatement après l’avoir sorti des cartons, sans aucune présence d’experts en archéologie, pour confirmer ou démentir ces allégations.

 » Ils devraient écrire des scénarios de films et les vendre en Inde », a déclaré un internaute dans un commentaire, tandis qu’un autre a souligné de manière sarcastique : « qu’apparemment, nous avons un héritage, mais c’est un héritage ottoman, sans aucun doute là-dessus. C’est totalement correct ».

Cette affaire vient quelques mois après la polémique soulevée par l’appropriation culturelle de ce même Zellige, marocain il faut le rappeler, par la marque de sport Adidas qui s’est inspirée par ces motifs pour en faire des maillots pour la sélection algérienne, soulevant ainsi une grande polémique au Maroc.

L’affaire a poussé le gouvernement marocain à réagir preuves à l’appui pour rétablir la vérité sur la réelle origine de ces motifs afin de faire taire toute confusion.

La société allemande Adidas avait présenté sur twitter le nouveau maillot des Fennecs, inspirés du Zellige marocain, avec comme légende : «Inspiré de la culture et l’histoire. Conçu pour la royauté», comme pour l’attribuer à l’Algérie.

Une lettre de mise en demeure signé du Ministère marocain de la Culture a été envoyée au représentant légal du groupe Adidas, afin de demander le retrait de la collection des maillots de sport inspirés de l’art de Zellige marocain.

Suite à la procédure de mise en demeure lancée par le ministère de la Culture et de la Jeunesse à l’encontre d’Adidas, la firme allemande a été contrainte de présenter ses excuses reconnaissant l’appropriation du patrimoine culturel marocain et un accord avec le Maroc pour éviter de perdre des millions de maillots déjà en vente et d’éviter un procès.

Ainsi, la firme allemande affirme que le design, qui figure dans le maillot de sport destiné à l’entraînement des Fennecs, « s’inspire en effet du motif des mosaïques Zellige, et n’a à aucun moment vocation à offenser qui que ce soit », exprimant ainsi son « profond respect au peuple et aux artisans du Maroc » et « regrette la polémique autour de cette affaire ».

En Algérie, où au même moment se jouait une guerre médiatique et politique pour réclamer la « parternité » du Zellige, la nouvelle d’Adidas a signé une douche froide, et aussi la résiliation du contrat avec Adidas.

Le pouvoir algérien ne semble pas s’être lassée de l’affaire et revenue quelques mois plus tard pour alimenter sa propagande minable. Le régime algérien est habitué à créer des polémiques stériles, mais il est aussi passé maitre en « fake news » lançant des propagande sur la télévision nationale pour embrouiller l’esprit des Algériens.

On se rappelle une vidéo hilarante datant de novembre 2021, mettant en scène de prétendus membres du MAK, le mouvement indépendantiste Kabyle, avouant en détails leur supposée mission en Algérie, et affirmant avoir des liens avec le Maroc. Des comédiens faussement menottés qui relâchent leur bras en vidéo, et d’autres indices trahissant l’amateurisme des services de police ont été remarqués par les internautes qui avait qualifié la vidéo de « meilleure comédie de l’année ».

Et la plus récente affaire, date seulement de quelques jours et vise le journaliste Abdou Semmar exilé en France. La police algérienne aurait, selon la vidéo, réussi à démanteler un réseau de « sources » du journalistes. La vidéo a provoqué une réaction amusée du journaliste qui a pointé l’amateurisme de la police algérienne.

- Advertisment -