samedi 22 juin 2024

Quand Pelé, la légende brésilienne, idolâtrait Larbi Benbarek

-

Pelé, la légende brésilienne qui s’est éteinte jeudi 29 décembre 202 des suites d’un cancer de colon, avait une idole marocaine. Ce n’était autre que Larbi Benbarek, « la perle noire », qu’il qualifiait de « dieu », lors de sa visite au Maroc en 1976.

« Si je suis le roi du football, alors Benbarek en est le dieu », des mots admiratifs que la légende Pelé, mort jeudi des suites d’un concert de colon, a usé pour faire éloge à l’ancienne star du football marocain Larbi Benbarek. Pelé, joueur légendaire et mythique a quitté le monde à l’âge de 82 ans. Sa mort est survenue deux ans après celle de Diego Maradona. Des joueurs du beau vieux temps, génies, atypiques et révolutionnaires de leur époque.

Triple champion du monde avec le Brésil (1958, 1962, 1970), Pelé connaissait bien le Maroc. Il a profité de sa visite au Royaume en 1975, pour faire un précieux clin d’œil à celui qu’on surnomme  la « perle noire ». L’objet de cette visite était de faire un hommage à la sélection marocaine, qui venait 5 ans avant, de participer à la Coupe du monde, pour la première fois de son histoire. Lors de cette visite, Pelé a décoré l’ancien joueur marocain Mohamed Mahroufi, un des premiers internationaux marocains participant à une Coupe du monde.

Pelé et Larbi Benbarek partageaient non seulement la même couleur de peau, mais aussi, la même magie de football et un style de jeu qui porte une marque brésilienne. Les deux joueurs étaient des avant-gardistes. Connu généralement pour ses gestes techniques, sublimes, ses petits ponts hallucinantes et ses buts sensationnels, Pelé a réinventé d’autres techniques, restés à ce jour, inoubliables. Il a fait parler de lui pour une feinte qui porte son nom depuis 1970. L’histoire de ce geste technique remonte au match qui a opposé le Brésil à l’Uruguay au Mondial mexicain.

Dans une action concrète, Pelé reçoit une passe décisive, se retrouve en vis-à-vis avec le gardien de but uruguayen Ladislao Mazurkiewicz, le dribble, sans toucher le ballon. Un geste baptisé depuis « la feinte du siècle ».

Tout comme Pelé, Larbi Ben Barek avait des dribbles envoûtants, que ce soit en France, avec l’Olympique de Marseille, avec les Bleus ou en Espagne avec l’Atlético Madrid. Le natif de Casablanca a laissé part où il est passé, ses marques, démontré des qualités de dribbles déroutants et était un talent, du jamais vu de son époque. Car, pas facile d’être l’idole d’un joueur, comme Pelé.

Le Brésilien a tiré sa révérence, après quelques jours de la Coupe du monde, organisée récemment au Qatar et remportée par l’Argentine. Pendant ce Mondial, Pelé a encore une fois fait un hommage honorable pour le Maroc. Le 18 décembre soit 12 jours avant sa mort, l’ancienne légende la Seleçao a félicité les Lions de l’Atlas, pour leur parcours historique au Mondial: « Je ne pouvais manquer de féliciter le Maroc pour l’incroyable parcours au Mondial. C’est super de voir l’Afrique briller », a écrit le Brésilien, sur son compte Instagram.

- Advertisment -