dimanche 26 mai 2024

Hariri accuse Assad de l’assassinat d’un haut responsable de la sécurité

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-Agences

 

  Le chef de l’opposition libanaise, Saad Hariri, a accusé le président syrien Bachar al-Assad de l’assassinat du chef des renseignements de la police, le général Wissam al-Hassan, tué vendredi dans un attentat à Beyrouth.

 

  “Nous accusons Bachar al-Assad d’avoir assassiné Wissam al-Hassan, le garant de la sécurité des Libanais”, a indiqué l’ex-Premier ministre à une chaîne libanaise.

 

  « J’accuse ouvertement Bachar al-Assad et son régime d’avoir tué Wissam al-Hassan”, a affirmé de son côté le dirigeant druze Walid Joumblatt.

 

  A travers le monde, l’attentat a suscité une vague de condamnations. Les Etats-Unis ont dénoncé un attentat « terroriste » soulignant que « rien ne peut justifier une telle violence ».

 

  Le président français François Hollande a appelé, de son côté, les responsables libanais à protéger leur pays de « toutes les tentatives de déstabilisation, d’où qu’elles viennent ».

 

  Dans un rapport au Conseil de sécurité rendu public jeudi, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’était déclaré « très inquiet de l’impact de la crise syrienne sur le Liban », soulignant l’aggravation des tensions à la frontière et la poursuite d’un « trafic d’armes dans les deux sens ».

 

  Le Vatican a lui aussi condamné fermement l’attentat. Cette « absurde violence meurtrière » ne doit pas être « une occasion pour un accroissement de la violence », a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

 

  Au moins huit personnes ont été tuées et 86 blessées vendredi dans l’attentat à Beyrouth, selon le dernier bilan des autorités.

- Advertisment -