mardi 28 mars 2023

La santé psychique et mentale, véritable problème au Maroc

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

 

   Le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, a affirmé, vendredi à Rabat, que la priorité est donnée à la santé psychique et mentale, qui est un véritable problème au Maroc, soulignant que l’année 2013 connaitra un saut qualitatif dans ce domaine, notamment en matière d’augmentation de la capacité d’hébergement en veillant à sa répartition équilibrée à travers le Royaume, ainsi que la formation des psychiatres.

 

  Le Maroc dispose seulement de 2234 lits dans ce secteur répartis de façon inégale sur quatre centres universitaires (636 lits), 6 hôpitaux spécialisés (825 lits), 20 cliniques intégrées aux hôpitaux publics (773 lits) et 80 centres de santé qui fournissent des consultations dans le domaine de la santé mentale, a précisé le ministre, lors d’une conférence de presse consacrée principalement à la présentation du plan du ministère pour la promotion du secteur de la santé mentale, psychologique et aux développements du dialogue social.

 

  En ce qui concerne les centres de traitement de la toxicomanie, il a noté que le ministère a œuvré avec ses partenaires, en particulier la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, à la réalisation de deux cliniques spécialisées pour le traitement des toxicomanies (32 lits dans deux centres à Casablanca et à Salé) ainsi que trois centres à Oujda, Rabat et Tanger, qui comptent sur quatre équipes d’intervention de proximité pour la prévention des dommages de la toxicomanie.

 

  Selon M. El Ouardi, le ministère s’emploie actuellement à remédier à ce déficit afin de fournir environ 800 lits devant porter la capacité hébergement à 3000 lits à l’échelle nationale avant fin 2016, grâce à la réalisation de trois hôpitaux régionaux spécialisés (120 lits par unité), la création de 22 cliniques pour traiter ces maladies dans des hôpitaux multidisciplinaires. cet effort porte également sur le lancement des travaux de trois centres de traitement de la toxicomanie au cours de cette année (Tétouan, Marrakech et Nador). S’y ajoutent la construction de trois autres à Agadir, à Fès et à Al Hoceima en 2013, et l’élargissement des services dans quatre centres d’ici 2016 (Tanger, Larache, Ksar El Kebir et Chefchaouen).

 

  Côté ressources humaines, qui ne dépassent pas 197 psychiatres et 753 infirmiers et infirmières spécialisés, dont 54 pc d’entre eux s’activent sur l’axe Rabat-Casablanca, M. El Ouardi a souligné que cette situation sera redressée par la promotion de la formation initiale et la formation continue des professionnels dans le domaine de la santé mentale, à raison d’une promotion de 30 psychiatres et 185 infirmiers spécialisés en psychiatrie par an, outre la création de quatre sections universitaires de psychiatrie pour les enfants et les adolescents, l’élargissement des disciplines professionnelles dans le domaine de la santé mentale, et l’adoption d’une loi organique pour les psychologues.

 

  Sur le registre du renforcement de l’infrastructure pour assurer la prise en charge des personnes atteintes de maladies mentales et psychiques, le ministre a fait savoir que 35 millions de dirhams ont été mobilisés pour le développement et la modernisation des installations de traitement. Un montant de 50 millions de dirhams est également consacré à la fourniture des médicaments essentiels aux hôpitaux psychiatriques et aux soins de base pendant le reste de l’année en cours, de sorte à permettre à 150.000 patients de bénéficier, chaque année, gratuitement des soins des établissements de santé, outre l’élargissement du programme afin de réduire le risque de consommation de drogues avec l’objectif d’atteindre 8000 bénéficiaires de ces services d’ici 2016, dont 2000 bénéficiaires de traitements de substitution.

 

  Par ailleurs, M. El Ouardi a indiqué que le ministère de la Santé procède à l’examen et à la modification du Dahir de 1959 relatif à la prévention et au traitement des maladies mentales pour assurer sa mise à jour, conformément aux conventions internationales dans le domaine des droits de l’homme des personnes atteintes de maladies mentales.

 

  Selon les données du recensement national de la population (2003-2006) concernant les personnes âgées de plus de 15 ans, 26,5 pc de cette tranche d’âge souffrent de dépression, alors que 200.000 personnes sont atteintes de schizophrénie. L’alcoolisme touche pour sa part 1,4 pc, soit 300.000 individus, et l’addiction aux stupéfiants 2,8 pc (600.000 individus).

 

- Advertisment -