jeudi 18 avril 2024

Un homme paralysé retrouve l’usage de ses mains grâce à une nouvelle technique

-

 

 

 

 

  Des médecins américains ont pour la première fois permis à un homme paralysé à la suite d’une blessure à la colonne vertébrale de retrouver l’usage de ses mains, grâce à une technique consistant à rebrancher des nerfs, selon une étude parue dans le Journal of Neurosurgery.

 

  Devenu paraplégique à la suite d’un accident de la route, le patient, âgé de 71 ans, était partiellement paralysé au niveau du tronc. Sa blessure se situait dans la vertèbre la plus basse du cou.

 

  Les chirurgiens de l’université de médecine de Saint-Louis aux États-Unis ont attaché un nerf qui contrôle normalement le mouvement de pincement de l’index et du pouce (mais non-fonctionnel chez le patient traité), à un autre nerf encore actif situé dans l’avant-bras. Ce nerf permet de bouger l’épaule. Après huit mois de rééducation, l’homme de 71 ans a pu se nourrir seul et même écrire avec un peu d’aide, précisent les médecins dans l’étude.

 

  « Cette procédure n’est ni onéreuse, ni compliquée », note le Dr Susan Mackinnon, qui a mis au point cette technique et effectué l’intervention chirurgicale. En revanche, une telle intervention ne pourrait probablement pas rétablir le mouvement des mains et des bras chez les personnes blessées plus haut dans le cou, prévient-elle.

 

  Cette opération expérimentale « suscite l’espoir que des personnes ayant la même blessure à la colonne vertébrale pourraient bénéficier de la même intervention », estime le Dr Lewis Lane, chef de la chirurgie des mains à l’hôpital de l’Université North Shore à New York, qui n’a pas participé à cette opération. « Le fait de connaître un tel succès est inhabituel chez une personne de 71 ans. Les individus plus âgés ont généralement moins de potentiel pour régénérer leurs tissus nerveux », ajoute-t-il.

 

  Environ 12 000 personnes subissent des blessures de la moelle épinière chaque année aux États-Unis. En France, ce nombre s’élève à 5 000. Il s’agit pour la plupart d’hommes jeunes (entre 20 et 30 ans) victimes d’un accident de la route.

Journal of Neurosurgery

- Advertisment -