vendredi 23 février 2024

Le Maroc peut servir de modèle en matière de démocratie

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

 

   Le Maroc est « engagé sur la bonne voie » en matière démocratique et peut « servir de modèle pour d’autres pays », a souligné, mercredi à Rabat, le secrétaire général du Conseil de l’Europe (CE), M. Thorbjorn Jagland qui effectue une visite de travail au Royaume.

 

  « Le Maroc a récemment engagé un nombre de réformes importantes qui ont permis notamment l’adoption d’une nouvelle constitution et la tenue récemment des élections. Tout cela est un signe clair qu’il est engagé sur la bonne voie et peut servir d’exemple à d’autres pays », a indiqué M. Thorbjorn Jagland qui s’exprimait lors d’un point de presse à l’issue d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani.

 

  La visite de la délégation du Conseil de l’Europe au Maroc intervient « pour définir un programme de travail avec les pays du Sud de la Méditerranée, de l’Afrique du Nord et de l’Asie centrale », a précisé le responsable européen.

 

  « Nous sommes en train de finaliser le processus pour mettre au point ces programmes de coopération avec notamment le Maroc, la Tunisie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et la Palestine, ce qui nous permet d’offrir notre expertise qui est mondialement connue, notamment en matière constitutionnelle, législative et pour la construction des institutions démocratiques », a-t-il dit.

 

  Il a souligné l’importance des relations entre le Maroc et le CE, rappelant que le Maroc fait partie de la Commission de Venise et du Groupe de Pompidou et a adhéré à plusieurs conventions du conseil.

 

  Il a espéré, dans ce cadre, le renforcement de ce partenariat qui date de fort longtemps.

 

Pour sa part, M. El Otmani s’est félicité des relations séculaires entre le Maroc et cette institution la plus ancienne de l’Europe.

 

  La visite de la délégation du conseil de l’Europe au Royaume sous la présidence de son secrétaire général s’inscrit dans le cadre du processus de coopération entre les deux parties que « nous voulons consolider à travers des programmes pragmatiques », a-t-il affirmé.

 

  Les entretiens ont porté sur la convention cadre de coopération qui sera signée entre le Maroc et le Conseil de l’Europe, les moyens de renforcer la coopération entre le parlement marocain et l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe, a précisé le chef de la diplomatie marocaine.

 

 L’entrevue a concerné également « les réformes politiques menées par le Maroc, son rôle dans la stabilité de la région et l’appui à la démocratisation dans l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne », a-t-il ajouté.

 

  M. Thorbjorn Jagland aura des entretiens avec plusieurs responsables marocains dans l’objectif de renforcer le partenariat entre le Royaume et cette institution regroupant 47 Etats du continent européen.

 

  Il évoquera en particulier le Plan d’action de son organisation, dans le cadre de la politique de voisinage européenne, en direction des pays du Sud de la méditerranée, dont en premier lieu le Maroc, avait déclaré ce responsable dans un entretien à la MAP.

 

  A l’heure actuelle, le Maroc et la Tunisie sont les premiers pays avec lesquels le Conseil de l’Europe est en train de négocier ces plans d’action bilatéraux dans le contexte du Printemps arabe.

 

  M. Jagland, qui avait rencontré le chef de la diplomatie marocaine à New York en septembre dernier, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, a occupé plusieurs hauts postes dans son pays, la Norvège, notamment celui de premier ministre, de président du parlement et président du Comité Nobel norvégien.

- Advertisment -