jeudi 18 avril 2024

4e sommet “Brics”: les pays émergents appellent au dialogue

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-AFP

 

  Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud: les cinq grands pays émergents du bloc des “Brics” ont ouvert jeudi à New Delhi leur quatrième sommet. Outre la création d’une banque d’investissement pour financer des projets d’infrastructure et de développement, et renforcer leurs relations, ces cinq pays étaient soucieux hier d’asseoir leur influence diplomatique en réagissant sur la Syrie et la crise due au programme nucléaire controversé de l’Iran.

 

  Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du sud, les cinq grands pays émergents du bloc des “Brics”, ont plaidé jeudi, lors de leur quatrième sommet qui s’est tenu à New Delhi, pour la création d’une nouvelle banque de développement, contrepoint aux institutions financières occidentales.

 

  En dépit des profils et des intérêts différents des cinq pays, le bloc des Brics, qui totalise 40% de la population mondiale, cherche à transformer sa force économique croissante en influence sur la scène internationale. Ainsi les ministres des Finances des cinq pays comptent examiner “la faisabilité et la viabilité” d’un contrepoint à la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement.

 

  Par ailleurs, soucieux d’asseoir leur influence diplomatique, ils ont unanimement estimé que seul le dialogue pouvait résoudre la violence en Syrie et la crise avec l’Iran sur son programme nucléaire controversé.

 

  La “déclaration de Delhi”, sur laquelle se sont entendus les cinq pays, évoque leur “profonde préoccupation à l’égard de la situation en Syrie”, et appelle à “la fin immédiate de toute violence et des violations des droits de l’Homme dans ce pays”. Le texte évoque en outre le soutien unanime du bloc au plan de règlement pacifique de l’émissaire international Kofi Annan.

 

  Rappelons que la Russie et la Chine ont exercé leur droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, s’opposant à l’usage de la force ou à toute intervention étrangère pour résoudre le conflit en Syrie ou la crise avec l’Iran.

 

- Advertisment -