vendredi 23 février 2024

La vice-présidente de l’Assemblée nationale du Québec en visite au Maroc

-

 

 

 

Lareleve.ma-MAP


  Le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, s’est entretenu mardi à Rabat, avec la vice-présidente de l’Assemblée nationale du Québec, Fatima Houda Pepin, des perspectives de coopération entre les deux institutions parlementaires.

 

  Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette entrevue, Mme Pepin a indiqué avoir proposé au président de la Chambre des conseillers la coopération entre les deux parties à travers le partage des expériences et l’échange de visites de parlementaires, ajoutant que l’Assemble nationale du Québec a toujours manifesté son intérêt pour « soutenir le développement démocratique du Maroc ».

 

  « Nous avons également évoqué la possibilité de créer une commission mixte Maroc-Québec pour pérenniser cette coopération bilatérale », a-t-elle fait savoir, soulignant que « notre philosophie de coopération repose sur le partage des expériences ».

 

  « Nous mettons donc à la disposition de la chambre des représentants marocaine les outils dont elle a besoin et en même temps nous apprenons aussi de nos homologues marocains beaucoup de choses par rapport à la situation politique ici et dans le monde arabo-musulman », a dit Mme Pepin.

 

  Par ailleurs, la responsable québécoise, d’origine marocaine, a exprimé sa fierté de « voir toute cette ébullition et cette volonté exprimée au plus haut sommet par SM le Roi Mohammed VI notamment avec la nouvelle constitution votée en juillet dernier qui a fait un bond qualitatif extrêmement important ».

 

  « Je suis très fière de voir que le Maroc prend le chemin de la démocratie et ça m’encourage beaucoup pour revenir travailler et offrir au parlement notre coopération et aider le Maroc sur la voie de la démocratie », a-t-elle affirmé.

 

  Pour sa part, M. Ghellab a indiqué, dans une déclaration similaire, que l’objet de la rencontre est la mise en oeuvre d’une convention de partenariat, signée en 2010 entre le Maroc et le Québec, qui prévoit l’échange de bonnes pratiques et une collaboration stratégique.

 

  C’est la première fois que le Québec signe une telle convention avec un pays arabo-musulman et africain en dehors de son monde traditionnel anglo-saxon et européen, a-t-il précisé, soulignant que cet accord est « très intéressant » sur le plan politique et en termes de rapprochement et d’échange culturel et compréhension mutuelle.

 

  Le Maroc compte sur cette convention pour développer un de ses souhaits celui de l’ouverture du parlement sur les citoyens, a affirmé M. Ghellab, mettant l’accent dans ce sens sur l’expérience très riche du Québec en matière d’ouverture sur le monde de l’école, l’université et la société civile, ainsi que les différents outils mis en œuvre pour que le citoyen s’approprie l’institution législative.

 

  « Nous allons donc travailler sur cette expérience dans un souci d’ouverture du parlement sur les jeunes et sur les citoyens en général », a-t-il souligné.

 

  Mme Pepin conduit une délégation de l’Assemblée nationale composée du secrétaire général, Michel Bonsaint et du directeur des relations interparlementaires et internationales, Dominic Toupin.

 

- Advertisment -