jeudi 18 avril 2024

Ce marocain qui voulait faire sauter le Congrès

-

 

 

 

 

 

 

 

La bombe du kamikaze était désamorcée

 

Par Mohamed Benfadil

Washington

 

   La nouvelle est tombée comme un couperet,  en ce début d’après-midi, aujourd’hui vendredi 18 février, dans la communauté marocaine du Grand Washington. La présentatrice de la chaine de télévision Fox News venait d’annoncer qu’un marocain de 29 ans a été arrêté par les autorités fédérales alors qu’il s’apprêtait à perpétrer un attentat-suicide contre le Congrès. L’ensemble des ressortissants marocains des Etats-Unis ont tout de suite vivement condamné, notamment via les réseaux sociaux, ce comportement odieux et irresponsable.

 

   Selon la chaine précitée et l’agence d’information Associated Press, le présumé kamikaze a été identifié comme étant  Amine El Khalifi, un ressortissant marocain vivant clandestinement dans l’Etat de Virginie depuis 1999. Il aurait été suivi depuis 18 mois de très près par des agents secrets du FBI, qui lui avaient fait croire qu’ils étaient des membres d’Al Qaida. Selon les mêmes sources, lesdits agents lui auraient proposé, de l’aider à exécuter ses plans terroristes, lorsqu’il leur avait pour la première fois confié son intention de s’attaquer à un immeuble de Virginie, notamment en lui fournissant les explosifs et la logistique nécessaires. Ce qui permettait aux agents fédéraux d’avoir plein control sur les moindres déplacements de l’apprenti kamikaze. Et c’est ainsi que la bombe de la jaquette suicidaire du désormais tristement célèbre Amine El Khalfi a pu être désamorcée bien avant qu’il se dirigeât vers le Capitole, ce bâtiment icône de la démocratie américaine. Arrêté en flagrant délit à deux pas du Congrès, il a été inculpé de tentative d’acte terroriste et risque la réclusion criminelle à perpétuité.

 

    Ce n’est pas la première fois que le FBI recourt à cette méthode anti-terroriste innovante et prospective. On se souvient en effet d’au moins deux autres tentatives du genre. Celle d’un certain Rezwan Ferdaus, ce résident de 26 de l’Etat du Massachusetts mis hors d’état de nuire alors qu’il menaçait d’envoyer, en septembre dernier, des bombes téléguidées sur le Pentagone, cet autre symbole de la puissance militaire américaine. Et puis cet autre «virginien» de 34 ans, du nom d’Ahmed Farooque,  accusé, lui, voici près d’un an d’aider Al Qaida à préparer une série d’attentats contre le métro de la capitale fédérale.

 

   Enfin, au titre de la seule année écoulée, selon le comité du Sénat en charge du renseignement, au moins 20 personnes ont été arrêtées et accusées d’actes terroristes.   

 

- Advertisment -