mardi 16 avril 2024

Désir sexuel féminin en berne: un traitement hormonal?

-

 

 

 

 

La baisse du désir sexuel féminin est hormonale

 

  L’absence ou la diminution de désir sexuel est le trouble sexuel le plus fréquemment rencontré chez la femme. De nouvelles pistes de traitement sont en train d’apparaître…

 

 

  Si la baisse du désir sexuel est fréquente dans la population féminine, elle est encore plus fréquente chez les femmes dont les ovaires ont été enlevés chirurgicalement. Cela semble corrélé à une diminution de la testostérone dans le sang.

 

 

La testostérone est en cause dans la perte du désir sexuel féminin

 

  La testostérone est une hormone considérée comme l’hormone «mâle», puisqu’elle fait pousser les poils, muer la voix, rend la peau grasse……

 

 

  Pourtant, cette testostérone est aussi présente à petites doses chez la femme, et cette petite quantité d’hormone semble jouer un rôle important dans le désir sexuel.

 

 

  Ainsi, quand une femme est opérée pour une ovariectomie (enlèvement des ovaires par le chirurgien), elle se trouve ménopausée chirurgicalement. Les hormones qui étaient auparavant fabriquées par les ovaires vont alors manquer, hormones qui contribuent au taux de testostérone circulant dans le sang. Ces femmes sans ovaires ont donc plus de problèmes de désir sexuel que les autres femmes.

 

 

Baisse de désir sexuel : un traitement disponible en patch

 

  Partant de ce constat, des études ont démontré qu’une supplémentassions médicamenteuse en testostérone pouvait redonner le désir sexuel à ces femmes ovariectomisées. Un traitement (Intrinsa®) est à la disposition de ces femmes pour qu’elles retrouvent une sexualité épanouie. Il s’agit d’un traitement patch, timbre autocollant. Ce traitement est réservé à ces femmes opérées…

 

 

  Ce type de recherches ouvre aussi la porte à d’autres, plus élargies, prenant en compte les femmes possédant encore leurs ovaires et estimant leur désir sexuel très bas ou absent. Leur taux de testostérone, s’il est très abaissé, pourrait être en cause.

 

 

  Il faut cependant garder en tête que la diminution du taux de testostérone est loin d’être la seule cause d’un désir sexuel bas. Il existe bien d’autres raisons pour éprouver peu de désir : d’autres hormones peuvent être en cause (augmentation de l’hormone prolactine par exemple), des médicaments (provoquant une inhibition du désir sexuel), mais aussi des soucis psychologiques personnels ou encore des difficultés de couple…

 

 

  Même si la recherche permet de comprendre des choses nouvelles, un seul médicament ne suffira donc pas à résoudre l’énigme de tous les désirs perdus.

 

 

- Advertisment -