dimanche 23 juin 2024

Jean-Pierre Chevènement annonce son retrait de la présidentielle

-

 

 

 AFP

  L’ex-ministre de la Défense Jean-Pierre Chevènement, ancien membre du Parti socialiste, a annoncé mercredi le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle en France, qui se tiendra les 22 avril et 6 mai prochains.

 

  Jean-Pierre Chevènement, 72 ans, s’était engagé dans la course le 5 novembre. Il est le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), un petit parti de gauche se situant dans la mouvance « souverainiste », c’est à dire hostile à l’intégration européenne.

 

  « Ayant pu exercer, autant que je le pouvais, le rôle pédagogique que je m’étais assigné, et n’ayant plus aujourd’hui les moyens de continuer ma campagne, je décide de retirer ma candidature à l’élection présidentielle. Je continuerai cependant, demain comme hier, à faire entendre ma voix pour servir la République », a expliqué l’ancien ministre dans un communiqué.

 

  Il a ajouté qu’il annoncerait ultérieurement le nom du candidat qu’il soutiendra.

 

  Jean-Pierre Chevènement, compagnon de route de l’ex-président socialiste François Mitterrand, qui fut plusieurs fois ministre, notamment de l’Intérieur, de l’Education nationale et de la Défense, s’était présenté à l’élection présidentielle de 2002. Il avait alors obtenu 5,3% des suffrages.

 

  Mais les sondages pour l’élection de cette année étaient jusqu’à présent très mauvais pour Jean-Pierre Chevènement. Une enquête TNS Sofrès publiée mercredi lui donnait autour de 0% des intentions de vote.

 

  Dans son communiqué, Jean-Pierre Chevènement rappelle selon lui les quatre « enjeux majeurs » pour la période qui s’ouvre : « monnaie moins chère que l’euro actuel » pour réindustrialiser le pays, organiser la croissance en Europe, souveraineté budgétaire et fiscale restant entre les mains du parlement français, « redresser l’Europe à partir des nations ».

- Advertisment -