vendredi 21 juin 2024

Commercialisation des produits à base de cannabis : voici ce qui a été décidé

-

Le projet de commercialisation des produits à base de cannabis avance sur de bons rails. Une réunion déterminante s’est tenue ce vendredi 31 mai 2024 au siège de l’Agence Nationale de Réglementation des Activités liées au Cannabis (ANRAC) pour clarifier plusieurs détails.
Présidée par Mohammed El Guerrou], gouverneur et directeur général de l’ANRAC, cette rencontre déterminante, tenue en présence des représentants de l’ANRAC, de la Direction des Médicaments et de la Pharmacie (DMP) et des pharmaciens d’officine, avait pour principal ordre du jour la commercialisation des produits médicamenteux et non médicamenteux à base de cannabis.
   Teneur et dosage
Au cours de cette réunion, les responsables ont tenu de clarifier les réglementations en fonction de la teneur en THC des produits.
Un communiqué diffusé par Mohamed Hbabi, président de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM), précise que lorsque « le THC est supérieur à 1%, le produit est destiné exclusivement à l’industrie pharmaceutique, nécessitant une transformation en médicament. En revanche, si le THC est inférieur à 1%, les possibilités de transformation s’élargissent à des produits cosmétiques, des compléments alimentaires, des matériaux de construction, entre autres ».
Ce n’est pas tout, lors de cette rencontre, il a été précisé que « les compléments alimentaires doivent obligatoirement contenir du CBD avec un THC Inférieur à 0,3%, tandis que les produits cosmétiques doivent être fabriqués à partir de CBD avec un THC à 0% ».

   Commercialisation à partir du 1er juin
Toujours selon la même source, la commercialisation des compléments alimentaires et des produits cosmétiques à base de cannabis débutera officiellement au Maroc à partir du 1er juin. À ce jour, neuf compléments alimentaires et dix produits cosmétiques ont été enregistrés par la DMP.
Le responsable a précisé que « dans un premier temps, ces produits seront disponibles exclusivement en pharmacies. Cependant, selon la loi 13-21, les transformateurs et fabricants ont la possibilité d’ouvrir leurs propres points de vente, à condition de remplir les critères légaux requis et d’obtenir l’autorisation de l’ANRAC ».
Cette réunion marque une étape cruciale dans le développement de l’Industrie du cannabis au Maroc, ouvrant de nouvelles perspectives économiques tout en garantissant un cadre réglementaire strict pour la sécurité des consommateurs.

- Advertisment -