dimanche 23 juin 2024

Le “SAREX Détroit 2024” met en exergue les capacités du Maroc à assurer la sécurité de la navigation

-

En parfaite coordination et avec une efficacité totale, des embarcations, des hélicoptères et des dizaines d’éléments des divers services de sauvetage ont participé, jeudi, à un exercice sur le terrain au large du port de Tanger Med, pour démontrer les capacités du Maroc à garantir la sécurité de la navigation dans le détroit de Gibraltar.

L’exercice « SAREX Détroit 2024 » a été lancé par une simulation du déclenchement de la sirène d’alarme à bord du navire « Morocco Star », qui a levé l’ancre depuis le port de Tanger Med avec des passagers.

Une vaste opération de secours s’est alors mise en place, impliquant des unités de sauvetage marocaines avec le soutien espagnol, ainsi que la présence d’observateurs représentant des organismes de recherche et de sauvetage de plusieurs pays.

Le scénario reposait sur un incendie à bord d’un navire de passagers, nécessitant l’évacuation urgente de plus de 60 personnes, dont de nombreux blessés.

Cette délicate opération a été menée grâce à une parfaite coordination entre la Marine Royale, la Gendarmerie Royale, les Forces Royales Air, la Protection Civile, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) et le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.

Quelques minutes après le déclenchement de la sirène, une frégate et des embarcations de la Marine Royale, de la Gendarmerie Royale, des unités de recherche et de sauvetage du département de la pêche maritime, ainsi que deux embarcations espagnoles sont arrivées pour prêter main-forte aux opérations de secours. C’est ainsi qu’une embarcation de commandement du port de Tanger Med a transporté une équipe médicale composée de médecins et d’infirmiers civils et militaires, à bord du navire pour une première évaluation des passagers et le triage des blessés selon la gravité des blessures.

L’évacuation des présumés blessés a ensuite été coordonnée en fonction de la gravité des blessures, puisque des hélicoptères de la Marine Royale, de la Guardia Civile Espagnole, de la Gendarmerie Royale et des Forces Royales Air ont transporté les blessés graves, soit depuis le navire en détresse, soit en les récupérant des eaux du détroit de Gibraltar.

Ensuite, la simulation de l’opération d’évacuation des passagers du navire en détresse a commencé, avec le transfert des passagers dans des canots de sauvetage, qui ont ensuite été mis à l’eau pour s’éloigner de la zone de danger.

Les embarcations de la Marine Royale, de la Gendarmerie Royale et de la Guardia Civile Espagnole ont alors pris en charge les passagers des canots de sauvetage et les ont transportés en lieu sûr.

Au port de Tanger Med, un hôpital de campagne a été installé sous la supervision des équipes de la Protection Civile, qui est chargé d’administrer les premiers soins des blessés, avant de transférer les cas graves vers les hôpitaux de Tanger, alors que des unités spécialisées de la DGSN et de la Gendarmerie Royale se sont occupées de l’identification des décès et des blessés.

S’exprimant à cette occasion, le Chef du bureau SAR national, Mohamed Drissi, a déclaré que l’exercice national et régional de recherche et de sauvetage maritime, organisé à l’initiative du Département de la Pêche Maritime en partenariat avec la Marine Royale, la Gendarmerie Royale, les Forces Royales Air et la Protection Civile, a mobilisé des moyens aériens, maritimes et terrestres pour évacuer les blessés et secourir les personnes en danger, avec une prise en charge immédiate à l’hôpital de campagne, et l’identification des victimes pour poursuivre les recherches.

Soulignant l’importance de la coopération internationale dans ce domaine, il a précisé que l’exercice a mobilisé des moyens terrestres, aériens et maritimes marocains, avec la participation de l’Espagne par le biais d’un hélicoptère et deux unités de la Guardia Civile et du Centre de recherche et de sauvetage espagnol.

De son côté, le chef du groupe maritime de la Guardia Civile espagnole à Cadix et le détroit de Gibraltar, Eduardo Lobo Espinoza, a affirmé que ce type d’exercices de simulation contribue à renforcer la coopération et la coordination entre les deux pays voisins, et qu’il est nécessaire de les organiser régulièrement.

« Ces exercices nous rendent prêts et mieux coordonnés pour faire face de manière plus efficace à tout incident réel », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le directeur du Bureau d’Études de Coordination des Recherches et Sauvetages à la direction générale de l’aviation civile tunisienne, Nidal Souilmi, a estimé que l’exercice était bénéfique car il renforce la coordination et la répartition des tâches entre les différents intervenants en matière de recherche et de sauvetage maritime, ajoutant que « ces entraînements rendent les interventions plus efficaces et efficientes en situations réelles ».

Quant au chef du service du contrôle sanitaire de Tanger Med, Abderrahim Rachidi, il a souligné que les équipes médicales du ministère de la Santé et de la Protection sociale, de la Protection Civile et de la médecine militaire ont participé à l’exercice en prodiguant les premiers soins et en prenant en charge les blessés simulés, que ce soit à bord du navire ou lors de leur transfert vers l’hôpital de campagne, puis vers les hôpitaux de Tanger.

Le « SAREX Détroit 2024 », qui précède de quelques jours le lancement de l’opération de transit des Marocains résidant à l’étranger, a démontré que le Maroc dispose de compétences et de capacités, civiles et militaires, qui contribuent efficacement et de manière coordonnée à assurer la sécurité et la sûreté de la navigation dans le détroit de Gibraltar, l’un des passages maritimes les plus fréquentés au monde.

- Advertisment -