dimanche 23 juin 2024

Premier League : Pochettino quitte Chelsea après une seule saison, les Blues condamnés à l’instabilité avec Boehly ?

-

Tout comme Thomas Tuchel et Graham Potter avant lui, l’ancien entraîneur du PSG n’est pas allé au bout de son contrat de deux ans à la tête de Chelse

Supporteurs des Blues mis à part, on n’a pas fini de se marrer en découvrant ce que nous prépare Todd Boehly dans les prochains mois. Aussi riche qu’instable depuis l’arrivée à sa tête de l’homme d’affaires américain en mai 2022, Chelsea a en effet dit au revoir mardi soir à Mauricio Pochettino après une seule année. Terminée en trombe avec cinq succès consécutifs, une 6e place synonyme de qualification européenne, mais sans trophée ni qualif en C1, cette saison n’a donc pas permis à l’ancien entraîneur du PSG de durer plus d’un an.

Etre sur le banc des Blues est décidément une sacrée galère, puisque après Thomas Tuchel et Graham Potter, Mauricio Pochettino est devenu le troisième entraîneur principal permanent à quitter son poste avant la fin de son contrat. L’Argentin de 52 ans s’était engagé en mai 2023 pour une durée de deux saisons, avec une année supplémentaire en option. Les deux parties « ont décidé d’un commun accord de se séparer », a écrit le club aux six sacres en Premier League, dont le dernier remonte à 2017.

   Une seule défaite sur les 15 derniers matchs de PL

Les co-directeurs sportifs Laurence Stewart et Paul Winstanley ont exprimé leur « gratitude » à Pochettino, toujours le « bienvenu à Stamford Bridge ». Et l’intéressé a remercié l’état-major d’un club « désormais bien placé pour continuer à progresser en Premier League et en Europe dans les années à venir ». Sous son court mandat, Chelsea a traîné comme un boulet une première moitié de saison manquée, avec huit défaites en championnat avant Noël, avant de se redresser en 2024 de manière spectaculaire.

Les Blues ont notamment fait jeu égal avec Liverpool en finale de la Coupe de la Ligue (défaite 0-1 en prolongation), avec Manchester City en demi-finale de Coupe d’Angleterre (défaite 0-1), et ils n’ont subi qu’un seul revers (une claque 5-0 contre le voisin d’Arsenal), sur les 15 derniers matchs de Premier League. La 6e place finale, sécurisée à l’ultime journée, permettra à cette équipe à l’effectif pléthorique de disputer une compétition européenne la saison prochaine, contrairement à cette année.

   Pochettino pas épargné par les blessures

Ce sera la Ligue Europa Conférence, voire la Ligue Europa au cas où Manchester City remporte la Cup, samedi contre son rival de Man United. Mauricio Pochettino a maintenu un discours optimiste tout au long de la saison, persuadé que son jeune effectif avait le potentiel pour rivaliser avec les meilleurs, à long terme, et une fois les blessés revenus. Son capitaine Reece James a passé une grande partie de la saison à l’infirmerie, comme l’international tricolore Christopher Nkunku, recrue estivale fauchée par les blessures au même titre que le jeune Belge Roméo Lavia.

Pochettino avait succédé il y a un an à Frank Lampard, légende de Chelsea, arrivé en intérim après Graham Potter et qui avait laissé le club à la 12e place du championnat, très loin de l’Europe. Selon le Daily Telegraph, qui a ébruité la séparation avant l’annonce officielle, Pochettino a dîné avec Boehly vendredi, avant que son départ ne soit acté à l’issue d’un débrief de fin de saison organisé avec les co-directeurs sportifs en début de semaine.

   Les prétendants à sa succession seraient nombreux

Le club londonien va devoir s’activer pour trouver un nouvel entraîneur avant la reprise. Plusieurs noms de candidats potentiels ont fleuri dans la presse, à commencer Kieran McKenna. Le Nord-Irlandais vient de mener Ipswich Town en Premier League, un an après avoir été promu en Championship.

Les médias britanniques citent également, parmi les options possibles, l’Allemand Sebastian Hoeness (Stuttgart), l’Espagnol Michel (Gérone) ou encore l’Italien Enzo Maresca (Leicester). Son compatriote Roberto De Zerbi est également sans club depuis son départ de Brighton. Good luck à l’un d’entre eux s’il vient à accepter le challenge de tenter de redresser pour de bon cet effectif à 63 joueurs professionnels (on exagère à peine).

- Advertisment -