vendredi 24 mai 2024

Le festival du film par IA projette un aperçu du cinéma du futur

-

Organisé par la start-up Runway, qui développe une les intelligences artificielles les plus avancées, l’événement a diffusé quelque 3.000 courts métrages

Un aperçu du monde de demain. A New York, le festival du film IA (intelligence artificielle) a ouvert une fenêtre sur le champ des possibles que permet désormais cette technologie accessible à tous. Près de 3.000 courts métrages ont été soumis à ce festival organisé par la start-up Runway AI, l’une des plus avancées dans la génération de vidéo grâce à l’IA, signe d’un intense bouillonnement créatif.

Les dix films sélectionnés ont offert des articulations débridées de l’imaginaire de leurs auteurs, avec des univers esthétiquement époustouflants. « Il y a cette perception selon laquelle la réalisation avec l’IA a toujours un style très identifié, mais ces films sont très différents les uns des autres », constate Anastadis Germanidis, cofondateur de Runway. Le principe de Runway permet, à partir d’une demande écrite en langage courant (un prompt), de créer un plan de quelques secondes, de transformer une série d’images fixes en courte vidéo, ou remodeler une séquence existante.

   Des Intelligences artificielles encore imparfaites

Le Français Leo Canonne, qui fait partie des 10 créateurs primés, explique les difficultés et les limites qui demeurent à l’utilisation de ces logiciels : « Je ne pouvais pas tellement avoir de personnages, de paroles, donc ça a un peu créé l’esthétique du film », explique-t-il. Après génération, « il y avait encore beaucoup de défauts, des aberrations dans chaque scène, donc j’ai dû beaucoup retoucher. Cela ne sort pas du logiciel tout prêt. » « Si vous voulez un récit avec des personnages humains hyperréalistes, nous n’y sommes pas encore », concède Alejandro Matamala, cofondateur de Runway.

   A la conquête de Hollywood

Le niveau technologique de ces nouveaux outils ne cesse cependant de s’améliorer, et les obstacles actuels pourraient rapidement être franchis. Jusqu’à révolutionner le cinéma, comme le son ou la couleur ont pu le faire à leur époque ? « Pour des réalisateurs comme moi, l’IA est une opportunité de faire évoluer le modèle traditionnel de Hollywood, se réjouit Carlo de Togni, également primé au festival. Des artistes vont pouvoir donner vie à de nouvelles histoires sans forcément avoir de moyens. » A titre d’exemple, l’abonnement à Runway coûte entre 10 et 70 euros, selon les versions.

De quoi inquiéter l’industrie du cinéma. L’été dernier, aux Etats-Unis, de nombreux acteurs et scénaristes ont fait grève pendant plusieurs mois, réclamant notamment des protections contre l’IA générative.

- Advertisment -