vendredi 24 mai 2024

Le Maroc devient le premier fournisseur automobile de l’Union européenne

-

Des usines modernes, des parcs industriels, du personnel qualifié et des coûts de production peu élevés sont les piliers sur lesquels le gouvernement marocain s’appuie pour augmenter sa production annuelle de véhicules. Dans la région nord du pays, le Maroc a réussi à mettre en place un tissu d’entreprises solide qui a produit l’année dernière plus de 535 000 voitures. 

L’impact sur l’économie est plausible. Selon les derniers chiffres de l’Office des changes, la contribution du secteur automobile a atteint 13,7 milliards de dollars. Comparé à d’autres grandes entreprises, ce chiffre est encore plus significatif. Les exportations ont connu une croissance de plus de 30 % en 2023. Le rapport précise que l’augmentation de la valeur ajoutée de l’industrie est due à l’augmentation des exportations d’éléments de construction de véhicules.

L’emplacement stratégique et les connexions avec l’Europe sont deux des principaux atouts de l’État alaouite. À seulement 14 kilomètres de l’Espagne, le Maroc est considéré comme la porte d’entrée de l’Europe en Afrique.

Grâce à cet écosystème, le Maroc a dépassé, selon le site web Africa Financial Afrik, des pays producteurs de voitures tels que la Chine, le Japon et l’Inde, qui sont tous des superpuissances économiques ayant une longue tradition de production dans ce secteur. À son tour, le Maroc est devenu le plus important fournisseur et développeur en Afrique.

Conscient de son potentiel, le pays n’a eu de cesse d’améliorer, d’automatiser et de développer ses infrastructures. Doté d’un important réseau routier et ferroviaire, le nord du pays s’est mis en marche pour devenir un pôle économique et commercial. En particulier, la ville de Tanger est aujourd’hui l’un des centres d’affaires les plus importants de la Méditerranée.

La dynamique du port de Tanger Med et ses accords commerciaux avec les autres ports ont non seulement généré plus de mouvements de capitaux, mais sont aussi une source infinie d’emplois pour les entreprises qui s’installent dans la ville.

En outre, le gouvernement promeut des mesures réglementaires, toutes incluses dans la Charte de l’investissement, qui ne feront qu’attirer davantage d’entreprises. Parmi les initiatives déjà actives, le Plan d’accélération industrielle 2014-2020 se distingue. Ce plan a été déterminant pour la création et le développement des usines de Kénitra et de Tanger.

Neo Motors, Snop, Renault, Dacia et Stellantis ne sont que quelques-unes des dizaines de marques présentes dans le pays. Les ventes de ces marques représentent 88 % du nombre total de véhicules développés. L’implantation des multinationales les plus connues au Maroc n’est pas une coïncidence. L’intégration du Maroc dans l’économie mondiale grâce au libre-échange a favorisé et consolidé l’offre marocaine et augmenté l’attractivité de la région pour les nouveaux investisseurs.

Le développement et l’inclusion sont les priorités des autorités. L’indicateur d’écart entre les sexes est un défi que le Maroc relève avec succès en réduisant l’écart entre les sexes année après année. La baisse est de plus en plus prononcée depuis qu’elle a commencé à se réduire en 2019. Les dernières données montrent que dans le secteur automobile marocain, l’intégration est de 63%. L’intégration devrait atteindre 80 % d’ici 2030.

Conformément aux normes de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique, le Maroc a augmenté sa production de voitures électriques. Dans le but de rendre l’économie indépendante des hydrocarbures, Rabat s’attend à ce que la production de voitures électriques représente 40 % de l’offre totale dans les années à venir.

Source: Atalayar (Article publié le 5/5/2024)

- Advertisment -