mardi 21 mai 2024

SIAM 2024 : La recherche agricole pour faire face aux changements climatiques

-

Le Salon International de l’Agriculture de Meknès discute des impacts climatiques sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, soulignant la nécessité de solutions durables et de la recherche pour atténuer ces effets.
En marge du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) organisé du 22 au 28 avril à Meknès, lors d’une conférence d’ouverture sur la recherche agricole face aux changements climatiques, il a été souligné, mardi 23 avril, le rôle de la recherche scientifique dans l’innovation de solutions durables face aux phénomènes climatiques extrêmes menant à la rareté de l’eau. Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, a souligné que l’impact des événements climatiques extrêmes sur les ressources en eau et les cultures agricoles, exigent des solutions durables et transformantes dans un contexte de demande mondiale croissante en alimentation, insistant sur l’importance de la recherche agricole pour parvenir à des solutions innovantes afin de rendre disponibles des variétés plus résistantes et améliorer la productivité.

En outre, le ministre a également souligné l’importance de garantir un financement pour la recherche scientifique, une question qui diffère considérablement entre les pays développés et les pays en développement. Il est à noter qu’en Afrique, ce financement ne dépasse pas 1% du produit intérieur brut (PIB), alors qu’il atteint 3% aux États-Unis et 2,5% dans l’Union européenne.
De plus, M. Sadiki a indiqué que la recherche scientifique favorise la création de systèmes agricoles innovants. Ces systèmes contribuent à assurer la sécurité alimentaire et à améliorer les conditions des agriculteurs.
Dans ce sillage, le ministre souligne l’importance des coopérations internationales qui facilitent le partage des connaissances scientifiques, et permettent ainsi le développement d’une agriculture flexible et durable face aux changements climatiques.
Pour sa part, Josefa Sacko, commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la Commission de l’Union Africaine, a confirmé l’engagement de l’Union envers la recherche agricole, convenant d’allouer au moins 1% du PIB à cette fin. Elle a souligné que la Commission africaine travaille actuellement à l’élaboration d’une nouvelle stratégie scientifique pour le continent.
De son côté, le ministre espagnol de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, Luis Planas, a souligné l’importance de la recherche agricole pour faire face aux défis posés par les changements climatiques en matière de sécurité alimentaire. Il appelle à réduire l’impact du climat sur l’agriculture et l’élevage grâce à la recherche agricole, dans le but d’atteindre des systèmes alimentaires durables.

Le ministre espagnol a ajouté que les agriculteurs demandent des solutions efficaces, inclusives et qui fournissent les outils nécessaires. Cela nécessite une impulsion significative dans la recherche, le développement et l’innovation afin de créer des systèmes agricoles flexibles et inclusifs.

- Advertisment -