mardi 21 mai 2024

Revue de presse de ce mardi 16 avril 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 16 avril 2024:

L’Economiste

Malgré la baisse de la pluviométrie, des réserves hydriques en recul, une mauvaise campagne agricole ou encore 5 à 6 années successives de sécheresse… Les exportations marocaines de produits agricoles s’en sortent plutôt bien. Certes, les volumes à l’export de légumes frais ont baissé en 2023 et au début de l’année 2024, mais fort heureusement les recettes sont en nette augmentation. En effet, “tout au long de l’année 2023, le Maroc a fait preuve d’une forte augmentation de ses recettes d’exportations des légumes frais, alors même que le volume physique des exportations diminuait”, confirme une étude récente. Preuves à l’appui, une analyse d’East Fruit révèle que les exportations de légumes ont rapporté au Royaume près de 1,6 milliard de dollars, soit une hausse de 12% par rapport à l’année précédente et un chiffre supérieur de près de 50% à la moyenne quinquennale.

Les bonnes relations Maroc-Espagne ne se limitent pas au volet politique. Elles s’étendent à d’autres aspects dont l’économie sociale et solidaire (ESS). C’est dans cet esprit que deux conventions ont été signées entre le ministère de tutelle et l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID). Elles concernent deux programmes dont l’un sera lancé au cours des prochaines semaines. Il porte sur l’autonomisation des femmes et des jeunes, à travers l’entrepreneuriat en économie sociale et solidaire. Il sera déployé au niveau de quatre régions, Souss-Massa, Casablanca-Settat, l’Oriental et Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en coordination avec les conseils régionaux et les partenaires et acteurs de l’ESS engagés avec le ministère dans la mise en œuvre de ce programme. L’un des objectifs du projet vise l’amélioration des capacités techniques, managériales et organisationnelles dans le domaine de l’économie sociale et solidaire des femmes et des jeunes dans les quatre régions ciblées. L’autre objectif consiste dans la mise en place de structures améliorées de production et de rentabilité pour la pérennisation des activités.

Les Inspirations éco

Le Maroc s’apprête à remettre à plat son schéma directeur aéroportuaire, un projet porté par le ministère du Transport et de la Logistique, via la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), et qui devrait servir à renforcer et à moderniser l’infrastructure aéroportuaire nationale. Comme premier pas, la DGAC s’apprête à commanditer une étude devant constituer la base de ce nouveau schéma directeur. L’adjudication de ce marché, prévue le 28 mai prochain, marquerait ainsi le début officiel de ce projet d’envergure. Cette étude, cruciale pour le futur du secteur aéroportuaire marocain, se focalisera sur la mise à plat et l’amélioration du réseau aéroportuaire national, avec pour objectif de répondre efficacement aux besoins futurs en matière de transport aérien et de logistique.

Les caisses de l’État se sont bien remplies au cours du premier trimestre. Le dernier bulletin mensuel de statistiques des finances publiques fait ressortir un excédent du Trésor de plus 16 MMDH, ainsi qu’un solde ordinaire positif de quelque 19 MMDH, contre 5,8 MMDH un an auparavant. Alors que le revenu des ménages reste toujours impacté par la vague inflationniste, l’excédent encaissé par le Trésor devrait servir, entre autres, à élargir la couverture sociale et à améliorer le service public, sans oublier la reconstruction de la région d’Al-Haouz ou encore l’atténuation des conséquences de la sécheresse.

L’Administration des douanes a annoncé que, depuis le 15 avril, elle a ouvert ses guichets 24h/24 à Tanger Med. Transitaires, chargeurs et armateurs saluent une mesure qu’ils attendaient depuis longtemps et qui devrait améliorer la compétitivité de la plateforme portuaire. «Cette mesure vise à renforcer la fluidité des opérations de dédouanement des marchandises et à réduire les délais de passage en douane afin de soutenir la compétitivité des exportateurs tout en contribuant à améliorer la productivité des opérateurs du transport international», explique la douane dans sa communication. Afin de réussir cette réorganisation, elle affirme «avoir pris toutes les dispositions nécessaires en termes de renforcement et de mobilisation de ses effectifs».

L’Opinion

En février dernier, le Comité de pilotage du ministère du Transport et de la Logistique s’est réuni avec les instances professionnelles représentant l’activité de location de voitures sans chauffeur, dans le cadre du dialogue sectoriel adopté par le ministre de tutelle, Mohamed Abdeljalil. Les parties concernées ont abordé, entre autres, le nouveau cahier des charges dont l’entrée en vigueur était prévue pour le 20 mars 2024, mais qui a été reportée au lundi 15 avril. Une étape accueillie à bras ouverts par les professionnels, qui appelaient à plus de rigueur au niveau des textes qui régissent la profession.

- Advertisment -