mercredi 22 mai 2024

Revue de presse de ce lundi 15 avril 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi 15 avril 2024:

L’Opinion

  • Après leur « trêve hivernale », les parlementaires ont regagné les bancs de l’Hémicycle pour le coup d’envoi de la session d’avril marquée par la réélection confortable du “speaker” de la première Chambre, Rachid Talbi Alami. Face à une opposition consumée par les divisions, la majorité aborde la nouvelle session avec des rangs resserrés, au moment où le Chef du gouvernement s’apprête à présenter son bilan de mi-mandat lors d’une séance plénière prévue mercredi. Les parlementaires reprennent le travail avec un agenda chargé, à commencer par le Code de déontologie parlementaire. Le gouvernement, pour sa part, est appelé à transmettre des textes stratégiques, dont la réforme de la Moudawana et ceux liés au dialogue social.
  • L’organisation de l’examen unifié du baccalauréat, au titre de l’année 2024, connaîtra des nouveautés majeures. Dans le détail, le ministère va abandonner le système de pôles, que ce soit dans la session normale ou dans le rattrapage. Cette année, l’examen sera donc administré en une seule fois dans toutes les filières, à compter du 10 juin prochain. Cette opération s’inscrit dans la continuité d’une première étape entamée lors de la session de l’année dernière, en adoptant le baccalauréat numérique dans la production et la gestion de ce certificat, afin d’optimiser le niveau de sécurité.
  • Le Royaume continue d’être en tête de la liste des principaux exportateurs de légumes et de fruits sur le marché espagnol. Madrid a importé 134 millions de dollars de Rabat en janvier dernier, soit une augmentation d’environ 45% par rapport à janvier 2023, selon la Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes, fleurs et plantes vivantes (FEPEX). En effet, au cours de la même période, le volume des importations des légumes et des fruits marocains s’est élevé à plus de 57.000 tonnes, soit une augmentation estimée à environ 31% par rapport à la même période de l’année dernière, tandis que le total des achats espagnols en provenance de pays extérieurs à l’Union Européenne s’est élevé à plus de 164.000 tonnes en janvier dernier, contre 180.000 tonnes importées des États membres de l’Union Européenne.

Le Matin

  • La menace de grève est de nouveau d’actualité dans le secteur de l’enseignement public. À l’approche de la fin du mois d’avril, qui devrait être marquée par des annonces sanctionnant le dialogue social central, notamment en ce qui concerne les augmentations de salaires dans la fonction publique, le corps enseignant entend ne pas se voir exclu de cet acquis au prétexte qu’il a déjà bénéficié d’une revalorisation dans le cadre de l’accord du 10 décembre de l’année dernière. Cet accord prévoit, pour rappel, une augmentation générale de salaire de 1.500 DH pour les enseignants, appliquée en deux tranches égales en janvier 2024 et janvier 2025. Depuis lors, des échos non officiels laissent entendre que le corps enseignant ne bénéficierait pas d’un relèvement général des salaires de la fonction publique, si un accord était conclu sur ce point dans le cadre du dialogue social central entre le gouvernement et les centrales syndicales. Voilà ce qui a fait réagir les enseignants pour faire entendre leur voix avant qu’un tel accord ne soit officialisé.
  • Le sujet du non-aboutissement des propositions de loi revient avec force avec l’ouverture de la session parlementaire de printemps. Les groupes parlementaires de l’opposition appellent en effet la majorité parlementaire et le gouvernement à interagir avec les initiatives législatives émanant des députés, rappelant que sur les 200 propositions de loi déposées depuis le début de ce mandat, seules six ont abouti.
  • Le Fonds d’équipement communal (FEC) entend poursuivre prochainement l’exécution de son programme d’émissions obligataires de 9 milliards de dirhams, approuvé en 2019 et dont 3 milliards ont déjà été consommés. Le processus de préparation des prochaines sorties de la Banque sur le marché obligataire devrait être enclenché à partir de mai prochain. L’institution cherche ainsi à s’adjoindre les services d’un conseiller financier afin de l’accompagner dans les différentes étapes des émissions.
  • La position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 791,6 milliards de dirhams (MMDH) en 2023, selon l’Office des Changes. Cette situation résulte de la hausse des encours des avoirs financiers de 7 MMDH, plus importante que celle des engagements financiers (+1,3 MMDH), explique l’Office dans un communiqué sur les résultats des échanges extérieurs au titre de l’année 2023. D’après la même source, l’accroissement de l’encours des avoirs financiers est conséquent principalement de la progression de 4,2 MMDH de l’encours des avoirs de réserve.

Libération

  • Chariot Limited (AIM : CHAR), le Groupe d’énergie de transition axé sur l’Afrique, annonce la finalisation de sa transaction avec Energean plc Group (« Energean » LON : ENOG) et la signature d’un contrat de forage avec Stena Drilling. Suite à la réception de tous les agréments gouvernementaux et réglementaires nécessaires du Royaume du Maroc, « les Accords de partenariat avec Energean plc Group (« Energean » LON : ENOG), tels qu’annoncés le 7 décembre 2023, sont désormais entièrement finalisés », indique le groupe dans un communiqué rendu public récemment. Energean détient désormais respectivement 45% et 37,5% dans les licences offshore de Lixus et Rissana.
  • La situation des charges et ressources du Trésor dégage un excédent budgétaire de plus de 16,8 milliards de dirhams (MMDH) à fin mars 2024, contre un excédent de 6,2 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Cet excédent tient compte d’un solde positif de 21,8 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), indique la TGR dans son récent bulletin mensuel de statistiques des finances publiques.

L’Economiste

  • Explorer le potentiel et les défis de l’IA au Maroc, tel est l’objectif de la rencontre qui sera organisée ce mardi 16 avril à Casablanca sous le thème «L’IA au Maroc: Saisir l’opportunité». L’événement, initié par la Chambre de commerce américaine au Maroc (AMCHAM), verra la participation d’une pléiade d’experts. L’ambassadeur des Etats- Unis au Maroc, Puneet Talwar, abordera «le rôle des Etats-Unis dans le développement et la réglementation de l’IA». Pour le Maroc, l’intelligence artificielle représente une énorme opportunité. Toutefois, il est indispensable de préparer le terrain pour l’usage de cette technologie. «Le Maroc est l’un des pays leaders en Afrique en termes de développement de l’IA. Il dispose d’un écosystème d’IA dynamique, avec plusieurs initiatives et projets ainsi que des acteurs aussi bien du secteur public que privé et universitaire», indique la Chambre de commerce américaine au Maroc.
  • L’article 12 de la loi n° 95-1701) relative à l’arbitrage et à la médiation prévoit l’institution d’un tableau dédié aux personnes habilitées à exercer la fonction d’arbitrage en tant que particuliers. La tenue de la liste, les conditions d’inscription et de radiation devaient être définies par décret. Un projet de texte est actuellement dans le circuit. Il attribue notamment la tenue dudit tableau au ministère de la Justice. Sont concernées par le tableau des arbitres les personnes physiques qui exercent cette fonction de manière habituelle ou dans le cadre de leur profession, pour leur propre compte ou au sein d’une entreprise personne morale. Il a été convenu de mettre en place une commission auprès du ministère de la Justice à l’origine de l’élaboration du projet de texte. Une structure qui aura pour mission d’étudier les demandes d’inscription ainsi que les documents justifiant que les candidats disposent des compétences nécessaires pour remplir des mandats d’arbitre.

Al Bayane

  • La France et le Maroc progressent dans la mise en œuvre de leur « ambitieuse » feuille de route commune, a souligné, jeudi, le porte-parole adjoint du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères. Les échanges du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, avec son homologue marocain, Nasser Bourita, qui ont eu lieu mardi à Paris, ont « permis de progresser davantage dans la mise en œuvre de l’agenda politique et la feuille de route commune ambitieuse que nous partageons désormais avec le Maroc », a indiqué le porte-parole adjoint du Quai d’Orsay, qui s’exprimait lors d’un point de presse. Cette feuille de route « concerne aussi bien les grands investissements d’avenir que les aspects sécuritaires, les échanges culturels ou encore les enjeux globaux », a-t-il ajouté.

Al Massae

  • Les recettes douanières nettes se sont établies à plus de 20,68 milliards de dirhams (MMDH) durant les trois premiers mois de 2024, en hausse de 1,8% par rapport à la même période un an auparavant, selon la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Ces recettes, qui proviennent des droits de douane, de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à l’importation et de la Taxe intérieure sur la consommation (TIC) sur les produits énergétiques, tiennent comptent des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux de 28 millions de dirhams (MDH) à fin mars dernier, indique la TGR dans son récent bulletin mensuel de statistiques des finances publiques.

Al Alam

  • Commentant le déroulement du dialogue social, Youssef Allakouch, membre du bureau exécutif de l’Union générale des travailleurs du Maroc, a affirmé que l’UGTM rejette toute restriction imposée sur le droit de grève et toute ingérence dans les affaires internes des syndicats, mettant l’accent sur la nécessité d’appliquer l’ensemble des dispositions du code du travail et de garantir les libertés syndicales. Evoquant la réforme des régimes de retraites, Allakouch a expliqué que la pérennité des caisses ne doit pas se faire au détriment des acquis des travailleurs marocains.

Bayane Al Yaoum

  • Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Kenitra, en coordination avec les services de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST), ont réussi, samedi, à interpeller trois individus, dont un infirmier, pour leur implication présumée dans des opérations illégales d’avortement et de trafic de médicaments. « Les opérations de recherche ont permis d’arrêter les suspects en flagrant délit de pratique d’un avortement illégal sur une femme, à l’intérieur d’un appartement appartenant à l’infirmier interpellé dans le cadre de cette affaire, considéré comme principal suspect de ces actes criminels », indique une source sécuritaire. Les opérations de perquisitions réalisées à l’intérieur de l’appartement, théâtre de cette activité criminelle, ont permis la découverte d’équipements médicaux, de médicaments, d’injections et d’une somme d’argent en dirhams, outre un chèque au nom de la personne objet de l’opération d’avortement ».

Al Ittihad alichtiraki

  • A l’occasion de l’Aïd Al Fitr, le Roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 2097 personnes, condamnées par différents tribunaux du Royaume, dont certaines sont en détention et d’autres en liberté, indique un communiqué du ministère de la Justice. Quelque 1809 personnes étaient en détention, alors que 270 étaient en liberté. De plus, 18 autres détenus, condamnés dans des affaires d’extrémisme et de terrorisme, ont également bénéficié de cette grâce.

Al Ahdat Al Maghribia

  • La fluidité ayant marqué l’élection du président de la chambre des représentants à l’ouverture de la session de printemps du parlement a été suivie par plusieurs dissensions se rapportant notamment à la désignation des présidents des groupes et commissions parlementaires et des membres du bureau de la chambre des représentants, ce qui apparaît comme une tentative de certains groupes parlementaires d’entreprendre un changement au niveau de la direction de ces groupes et commissions. Des sources ont révélé au journal que l’USFP aspire présider la commission de Justice et de législation, conduite actuellement par le Mouvement populaire. Une ambition qui a accentué la division au sein de l’opposition parlementaire dont le parti de la Rose voulait conduire vers la présentation d’une mention de censure contre le gouvernement Akhannouch. Des sources au sein du mouvement populaire affirment que le parti ne compte pas renoncer à la présidence de la commission de la Justice et de la législation, tandis que l’USFP, premier groupe de l’opposition, estime avoir le droit de diriger cette commission pour le reste de cette législature d’autant que plusieurs projets de lois très importants seront soumis pour adoption au parlement.

Assahra Almaghribia

  • Le peuple marocain célèbre, lundi, avec fierté et dans un climat de forte mobilisation le 66ème anniversaire du retour de la ville de Tarfaya à la mère patrie, une étape phare dans le processus du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume et de consolidation de l’unité nationale. Cet événement historique important a constitué le début du processus de libération des autres parties du territoire national sous occupation étrangère. En effet, le colonialisme avait divisé le Maroc en plusieurs zones d’influences, espagnole dans le Nord et le Sud, française dans le Centre et en soumettant Tanger à un statut international.
- Advertisment -