mardi 21 mai 2024

Blanchiment d’argent: l’Afrique du Sud risque de rester encore sur la liste grise du GAFI

-

L’Afrique du Sud risque de rester encore sur la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI) en raison des faibles progrès réalisés en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, a indiqué mardi «Nedbank», une des principales institutions financières du pays.

«L’Afrique du Sud fait face à un parcours difficile pour échapper à la liste mondiale de surveillance de l’argent sale», a déclaré le PDG du groupe, Mike Brown, notant que la lenteur en matière d’enquêtes et de poursuites rend difficile pour le pays de sortir de la liste d’ici 2025.

Le GAFI, basé à Paris, a placé l’Afrique du Sud sur sa liste de surveillance en février 2023, invoquant des lacunes dans la lutte contre les flux financiers illicites et le financement du terrorisme. Il a donné au pays jusqu’au 31 janvier 2025 pour remédier aux dysfonctionnements identifiés.

M. Brown a souligné que le maintien prolongé du pays sur la liste risque de nuire à la confiance des investisseurs, signalant que l’impact a été modéré jusqu’à présent et le restera probablement aussi longtemps que les autorités restent déterminées à remédier aux inquiétudes du GAFI le plus rapidement possible.

«Aucun pays ne souhaite voir son nom figurer dans cette liste, car cela pourrait nuire aux arguments en faveur des investissements dans ce pays », a-t-il poursuivi.

Il a également rappelé que les prêteurs ont commencé à effectuer des contrôles supplémentaires sur l’Afrique du Sud dès 2016, lorsque les problèmes de corruption du pays étaient devenus largement connus.En février dernier, le Trésor national a reconnu qu’il serait un «défi difficile» de répondre aux 17 points restants sur 22 pour répondre aux exigences du GAFI dans les délais impartis.

Les observateurs s’attendent à ce que les conséquences de la dégradation de l’Afrique du Sud par le GAFI seraient lourdes pour l’économie du pays, déjà embourbée dans un ralentissement économique qui dure depuis plusieurs années.Ainsi, le coût des affaires en Afrique du Sud devrait augmenter, entraînant une baisse des investissements étrangers.

Les Sud-africains peuvent également trouver plus onéreux d’envoyer des fonds à l’étranger et d’effectuer des transactions avec des banques internationales.Le groupe bancaire sud-africain Standard Bank a récemment mis en garde que cette décision risque d’exclure l’Afrique du Sud du système financier mondial.

« Le fait d’être signalé par le GAFI conduirait certainement à l’inscription de l’Afrique du Sud sur la liste noire du Royaume-Uni et de l’Union européenne (UE), ce qui expulserait le pays du système financier mondial », a déclaré le directeur général du Groupe, Sim Tshabalala.

Cette décision, poursuit-il, pourrait également entraîner des sorties de capitaux et de devises, rendre les emprunts plus chers et revoir à la hausse les coûts des transactions, de gestion administrative et de financement des banques.

- Advertisment -