jeudi 18 avril 2024

Humanitaires tués à Gaza: «Aucun respect» de la part de l’armée israélienne, selon un expert

-

Le décès de sept humanitaires de World Central Kitchen livrant de la nourriture au territoire palestinien en a choqué plus d’un, forçant l’armée israélienne à rendre des comptes concernant cette frappe, selon un spécialiste de l’action humanitaire. 

«Les attaques contre le personnel humanitaire sont absolument inacceptables. Le droit international humanitaire doit être respecté», a réagi mardi sur X la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly, qui s’est dite «horrifiée» de la nouvelle.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé qu’un «incident tragique» s’est produit lundi, lorsque les forces israéliennes ont frappé «de façon non intentionnelle» le groupe humanitaire dans la bande de Gaza.

Un Canadien ferait partie des victimes, d’après les informations de la ministre des Affaires étrangères.

«Toute attaque contre une organisation humanitaire dans une zone de conflit c’est une violation directe du droit humanitaire international», a expliqué François Audet, professeur et directeur de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire de l’UQAM, en entrevue mardi à LCN.

De moins en moins d’organisations humanitaires sont encore actives à Gaza, la plupart étant des Palestiniens qui vivent sur place. Les expatriés sont très rares pour des raisons sécuritaires, a rappelé M. Audet.

«Ce qu’on a vu depuis les 24 dernières heures, c’est un autre indicateur que l’armée israélienne n’a aucun respect des organisations humanitaires sur place étant donné le nombre qu’ils sont et ils sont très bien identifiés», a-t-il affirmé.

«Il faudra que l’armée israélienne rende des comptes à la communauté internationale», a-t-il ajouté.

Généralement, ce sont de 50 à 80 travailleurs humanitaires qui décèdent dans le monde chaque année. Depuis le début des hostilités à Gaza, ce sont plus de 170 travailleurs humanitaires qui ont perdu la vie, d’après les estimations de M. Audet.

«Lorsque l’armée israélienne prétend d’avoir fait ça accidentellement, on peut se poser de sérieuses questions sur le contrôle du militaire par le politique», a-t-il mentionné.

Selon lui, plusieurs organisations humanitaires comme Médecins sans frontières, la Croix-Rouge et Médecins du monde remettent en question «la hiérarchie, la communication, le contrôle de l’armée israélienne».

De son côté, Ottawa a réclamé une enquête complète et veut que «tous les responsables de ces meurtres rendent des comptes».

- Advertisment -