jeudi 25 avril 2024

Revue de presse de ce mercredi 27 mars 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi 27 mars 2024:

L’Opinion

  • Les membres du Congrès américain continuent d’affluer vers le Maroc dans le cadre d’un ballet diplomatique ininterrompu qui dure depuis janvier 2023. Après les poids lourds du Capitole tels que Lindsey Graham et Bob Menendez, c’est au tour des figures montantes de la scène politique américaine de visiter le Royaume pour plaider en faveur de l’alliance maroco-américaine. Contrairement aux visites précédentes, plus centrées sur la coopération sécuritaire, l’accent a été mis, cette fois-ci, sur le potentiel du Maroc en tant qu’éventuelle porte d’entrée des IDE américains en Afrique. Une conviction qui n’a eu de cesse de se forger dans l’esprit des décideurs à Washington au moment où l’administration américaine nourrit de grandes ambitions en Afrique face à l’influence de la Chine. Il s’agit d’une intime conviction et non seulement d’un calcul géopolitique, explique Gina Abercrombie-Winstanley, ex-senior advisor au Département d’Etat.
  • Quatre ans après son entrée en vigueur, où en est la loi 31-13 relative au droit d’accès à l’information ? Le centre de recherches Tafra en examine un pan en traçant l’évolution, au cours des quatre dernières années, de la tendance de la publication proactive de données et d’informations par les 81 communes de plus de 50.000 habitants. Les régions, les provinces et les préfectures ont montré une cadence relativement faible en matière de publication proactive. Parmi les douze régions, seule celle de Béni Mellal-Khénifra a obtenu une note supérieure à la moyenne (57/100). La même tendance est observée pour les provinces et préfectures : 19 sur 75 disposent d’un site web. Parmi elles, la province de Sefrou est la seule à atteindre un score au-dessus de la moyenne, avec 60/100.
  • Le Syndicat professionnel national des opticiens du Maroc multiplie ses sorties pour alerter contre l’émergence de nombreuses «pratiques frauduleuses» dans le domaine de la rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle. Ces pratiques sont jugées très graves étant donné leur impact négatif sur la santé publique. Dans la perspective de lutter contre ces pratiques, la représentation syndicale des opticiens a lancé une campagne de communication à travers laquelle elle cherche à attirer l’attention du ministère de la Santé et de la Protection sociale et le ministère de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences sur la nécessité de réguler l’accès à la profession d’opticien et optométriste en vue d’éradiquer ces pratiques. Parmi les pratiques objets d’alerte, le syndicat cite la délivrance par certaines écoles de formation privée de faux diplômes. Cela continue de prendre de l’ampleur, selon le syndicat, malgré les multiples arrestations.

Le Matin

  • Le Roi Mohammed VI a procédé, mardi au quartier Lissasfa, au niveau de la préfecture d’arrondissement Hay Hassani (Casablanca), à la pose de la première pierre d’un Centre médical de proximité – Fondation Mohammed V pour la Solidarité et au lancement de la 2ème phase du programme des Unités Médicales Mobiles Connectées – Fondation Mohammed V pour la Solidarité. Ces deux projets dénotent l’engagement de Sa Majesté le Roi à renforcer l’offre nationale de santé, à améliorer les prestations médicales au profit des citoyens, à consolider l’offre de soins de proximité et à favoriser l’accès des populations, notamment celles issues du monde rural, à des soins de santé de base de qualité, et d’assurer un suivi médical périodique et régulier des personnes dont l’état de santé nécessite des consultations spécialisées.
  • Le dialogue social reprend enfin ses droits. Le Chef du gouvernement a reçu hier une délégation de l’Union marocaine du travail (UMT), conduite par le secrétaire général de la centrale syndicale, Miloudi Moukharik. La rencontre s’est déroulée dans «une ambiance positive, marquée par un dialogue responsable et constructif», souligne-t-on au département du Chef du gouvernement. Mais cet optimisme n’occulte pas l’ampleur de la tâche qui attend les partenaires sociaux et surtout la sensibilité des dossiers qu’ils auront à traiter. La loi sur le droit de grève, la réforme du Code du travail, les augmentations de salaires ou encore la réforme des régimes de retraite que le gouvernement compte lancer au cours de cette année sont autant de points sur lesquels l’Exécutif et les syndicats doivent parvenir à des compromis.
  • Après les infirmiers et les étudiants en médecine, c’est autour des médecins internes et résidents de rejoindre le mouvement de débrayage. Ainsi, après une première grève nationale préventive observée le 13 mars dernier, la Commission nationale des médecins internes et résidents en médecine au Maroc revient à la charge en annonçant une nouvelle grève nationale les jeudi 28 mars et mercredi 3 avril 2024. Cette grève concernera tous les services hospitaliers, à l’exception des services d’urgence, de réanimation et de soins intensifs. À travers ces mouvements de protestation, les médecins internes et résidents cherchent à faire entendre leur voix auprès du ministère de la Santé et appellent à leur intégration dans les concertations ayant trait à l’élaboration des textes d’application relatifs à la mise en œuvre de la loi 08-22 relative à la création des Grou- pements sanitaires territoriaux (GST). Ils exigent également leur implication dans l’élaboration de la réforme du troisième cycle des études de médecine.
  • Alors que les véhicules électriques prennent le devant de la scène mondiale, l’industrie automobile marocaine, leader des exportations nationales, se prépare à faire face à un environnement international incertain. Si les dernières projections de Bank Al-Maghrib sont très optimistes pour le secteur, une nouvelle étude d’Allianz Trade table sur un ralentissement des ventes de voitures neuves dans le monde, en raison d’une croissance médiocre et de la faiblesse des dépenses de consommation en Europe, principal marché des exportations marocaines.

Libération

  • Le Syndicat professionnel national des opticiens du Maroc (SPNOM) a mis en garde contre les faux diplômes délivrés par certains établissements privés de formation professionnelle dans le domaine de l’optométrie, ce qui pourrait porter atteinte à la santé des Marocains. Dans un communiqué de presse, le SPNOM a également tiré la sonnette d’alarme sur «la prolifération anarchique des caravanes médicales durant lesquelles l’on vend des lunettes en violation flagrante du principe de la gratuité sur lequel repose le bénévolat qui cible les groupes vulnérables et nécessiteux ». Et d’ajouter : « Nous condamnons également fermement le lancement de campagnes publicitaires par certaines parties pour les dispositifs médicaux en violation claire de la loi relative aux dispositifs médicaux n°84-12 ».

L’Economiste

  • A partir du 1er juillet prochain, le marché de l’automobile n’autorisera que l’immatriculation et la commercialisation de véhicules neufs conformes à la norme Euro 6 b. Initialement, cette norme devait s’appliquer dès le 1er janvier 2024. Mais l’Aivam avait demandé aux 1 pouvoirs publics un délai supplémentaire de 6 mois afin d’écouler les stocks de véhicules qui ne sont pas aux normes Euro 6 b. Evidemment, ce changement a un coût technologique. Il devra entraîner de nouvelles hausses des prix des voitures neuves. Les professionnels parlent d’un surcoût de 5 à 10% par véhicule en fonction de la marque et de la motorisation. Chez les marques généralistes, le surcoût est estimé à 10.000 DH en moyenne, sans compter la TVA.
  • Le gouvernement veut dépoussiérer le dispositif régissant la protection du patrimoine. La première loi relative à ce domaine remonte à 1912. L’arsenal juridique a été enrichi progressivement. Mais, aujourd’hui, la loi 22-80, relative à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité, datant du 25 décembre 1980, est dépassée. «Une série de défaillances ont été identifiées au niveau de la législation en vigueur, qui n’est plus en phase avec les évolutions actuelles», peut- on lire dans la note de présentation de ce nouveau projet de loi. Ce texte a été soumis récemment à la procédure de consultation publique. Il devra par la suite être introduit dans le circuit d’adoption.

Al Bayane

  • L’exécution des budgets des collectivités territoriales fait ressortir un excédent global de 2,21 milliards de dirhams (MMDH) à fin février, contre un excédent global de 2,36 MMDH enregistré un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Ce résultat tient compte d’un solde positif de 15 millions de dirhams (MDH) dégagé par les comptes spéciaux et les budgets annexes, précise la TGR dans son récent Bulletin mensuel de statistiques des finances locales (BMSFL), notant que cet excédent est destiné à couvrir les dépenses engagées et devant être payées au cours de l’année 2024. Les budgets annexes et les comptes spéciaux gérés par les collectivités territoriales ont dégagé, quant à eux, un solde nul et un solde positif de 15 MDH à fin février respectivement, contre un solde nul pour les budgets annexes et un solde positif de 58 MDH pour les comptes spéciaux réalisés un an auparavant.

Al Massae

  • Les protestations des étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire se poursuivent en parallèle avec le boycott des cours, alors que les administrations des facultés ont entamé l’application des sanctions contre les étudiants, la dissolution de leurs bureaux et l’interdiction de leurs activités au sein de l’enceinte des universités. Mohamed El Mehdi Benhmida, coordinateur national de la commission nationale des étudiants de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire a mis l’accent sur la nécessité de s’assoir à la table des négociations avec le ministère concerné pour débattre les revendications de cette catégorie et parvenir à une solution à cette crise.

Al Alam

  • Le Maroc a accumulé des acquis importants en matière d’autonomisation des femmes et de lutte contre toutes les formes de discrimination et d’exploitation. Dans ce sens, la deuxième réunion de la commission nationale pour l’égalité des genres et l’autonomisation de la femme a été tenue lundi à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. A cette occasion, la ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar, a présenté les grandes lignes du plan gouvernemental pour l’égalité 2023-2026. Ce plan comprend 288 mesures et 500 indicateurs pour le suivi de l’efficience du rendement avec la participation de 46 secteurs et institutions nationale. Le plan s’articule autour de trois axes stratégiques : l’autonomisation et le leadership, la protection et la prospérité et les droits et les valeurs, en plus du système de gouvernance et de pilotage du plan.

Bayane Al Yaoum

  • La société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a publié la première édition de son rapport de développement durable 2022. Intitulé « Les autoroutes au Maroc : un modèle de gestion inclusif et durable », ce rapport revient notamment sur le bilan des programmes Vert, Azur et Communautaire à fin 2022, ainsi que d’autres actions menées par ADM. « L’autoroute vers un avenir durable se dessine à travers notre engagement à équilibrer efficacité économique, innovation, responsabilité environnementale et bien-être social, guidant ainsi chaque kilomètre parcouru vers un horizon de durabilité», a affirmé le Directeur Général de la société nationale des Autoroutes du Maroc, Anouar Benazzouz, cité dans le rapport.

Al Ittihad alichtiraki

  • Le Centre marocain pour la tolérance et le dialogue interreligieux a organisé, à Tanger, un iftar collectif en présence de chefs religieux musulmans, juifs et chrétiens, ainsi que plusieurs acteurs de la société civile. Cette initiative vise à renforcer la position du Maroc en tant que terre de paix, de tolérance et de dialogue entre les différentes cultures et civilisations, ainsi qu’à mettre en lumière l’héritage historique et culturel en matière de cohabitation entre toutes les composantes du peuple marocain, tout en célébrant l’histoire de Tanger, emblème de coexistence et d’ouverture.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Dès la première journée de l’introduction par l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (NARSA) de la nouvelle banque de questions pour l’obtention du permis de conduire au Maroc, les centres d’examens ont enregistré des taux très bas de réussite. Selon des sources professionnelles, le taux d’échec a frôlé, lundi, 80% dans certaines villes. Les candidats ont été surpris par la nature de questions, qui d’après eux, étaient très difficiles. De même, les professionnels de la branche d’activité des auto-écoles ont critiqué, de leur part, la rapidité avec laquelle cette réforme majeure a été mise en oeuvre en l’absence de coordination avec les acteurs concernés.

Assahra Almaghribia

  • La Mission permanente du Royaume du Maroc auprès de l’ONU à New York a souligné sur son compte X que le Maroc salue l’adoption, lundi, par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2728 qui exige un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza pendant le mois du Ramadan. « Cette résolution constitue une étape cruciale pour mettre fin aux souffrances des civils palestiniens », a indiqué la Mission marocaine. Le Maroc, dont le Souverain Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, Préside le Comité Al-Qods, salue également l’appel de la résolution à l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils dans l’ensemble de Gaza et au renforcement de leur protection, a ajouté la même source.
- Advertisment -