mercredi 24 avril 2024

Revue de presse de ce mercredi 14 février 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi 14 février 2024:

L’Opinion

  • Déployée depuis plus de 20 ans dans les tribunaux de famille du Royaume, la procédure de réconciliation des différends de couple sème toujours la polémique, suite à ses multiples lacunes. Celles-ci trouvent leur origine dans le climat interne intense de nos tribunaux et encore dans l’approche systémique adoptée par les magistrats. Résultat : cette procédure peine toujours à atténuer les cas de divorce, dont le nombre est de plus en plus inquiétant. En Effet, cette démarche a fait l’objet de moult discussions lors des séances d’écoute accordées par la Commission chargée de la réforme du Code de la famille. Les acteurs du système judiciaire ont appelé à confier cette mission, souvent complexe, à des services spéciaux, dotés de personnel qualifié en matière de règlement des différends, et ce, afin de garantir l’unité familiale et de préserver la cohésion sociale.
  • Cela fait plus de deux ans que l’Espagne assure l’approvisionnement du Maroc en gaz naturel liquéfié à travers le gazoduc Maghreb-Europe qui demeure aussi utile qu’il l’était par le passé malgré le retrait de l’Algérie. Aujourd’hui, le gazoduc fonctionne à plein régime. En témoigne la remarquable progression des livraisons de gaz depuis le voisin ibérique. Selon un dernier rapport de la Corporation des réserves stratégiques de produits pétroliers(CORES), les importations du GNL ont culminé à tel point que le Maroc est devenu le deuxième client des ports espagnols après la France en 2023. La même source fait savoir que les livraisons espagnoles ont quasiment quadruplé durant l’année écoulée, avec 9.472 GWh livrés en 2023, contre 1.881 GWh l’année précédente. Ainsi, le Royaume accapare à lui seul 12,5% des exportations espagnoles de GNL.
  • Ce mercredi 14 février, le président du Congrès national du Honduras, Luis Redondo, sera au Maroc pour participer à la signature d’un accord entre le Congrès national du Honduras et le Parlement du Royaume du Maroc, avec Rachid Talbi Alami, président de la Chambre des Représentants, et Enaam Mayara, président de la Chambre des Conseillers. Le jeudi 15, l’agenda de Redondo prévoit la participation à la conférence parlementaire sur la coopération Sud-Sud sur lethème : « Coopération Sud-Sud :le rôle des parlements nationauxet des unions interparlementairesafricaines, arabes et latino-amé-ricaines dans le renforcementdes partenariats stratégiques, del’intégration et du codéveloppe-ment ».
  • En réponse à la demande croissante d’options de voyage abordables, Air Arabia a établi un nouvel aéroport de base dans la capitale, en vue de faciliter les vols directs entre le Maroc et l’Europe. Ainsi, les passagers pourront profiter, dès mai prochain, de voyages pratiques entre l’aéroport de Rabat-Salé et des villes passionnantes à travers l’Europe, notamment Barcelone, Bruxelles, Bâle, Paris et Istanbul. D’ailleurs, l’aéroport de Rabat-Salé est le septième aéroport de base pour Air Arabia Maroc, après celui de Tétouan.

Le Matin

  • Le gouvernement œuvre, à tous les niveaux, pour le traitement de la problématique de l’eau dans toutes ses dimensions, a affirmé, à Taounate, le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, rappelant les hautes directives du Roi Mohammed VI dans ce domaine. Baraka, qui présidait le conseil d’administration de l’agence du bassin hydraulique de Sebou au titre de l’année 2023, a souligné l’importance de l’eau et de sa position stratégique pour tous les secteurs, en tant que l’un des piliers fondamentaux du développement économique et social du pays. Après avoir passé en revue les importantes réalisations du Royaume dans le domaine de l’eau, il a relevé que le bassin du Sebou a connu, au cours de l’année écoulée, la poursuite des travaux de construction de quatre grands barrages, qui feront passer l’offre en eau de 6,1 à 8,1 MM de m3.
  • Le financement des stratégies de développement territorial reste le principal défi auquel sont confrontées les collectivités territoriales dans l’exercice effectif de leurs compétences. En effet, l’accès au financement demeure le talon d’Achille de ces structures qui souhaitent améliorer les conditions de vie des citoyens et favoriser le développement d’activités économiques génératrices d’emplois et de richesses à l’échelle locale. La présidente de l’Association des régions du Maroc et présidente de la région de Guelmim-Oued Noun, Mbarka Bouaïda, a appelé les collectivités territoriales à explorer de nouvelles pistes pour le financement de leurs stratégies de développement territorial. Intervenant à l’ouverture du Forum international Avenir Territoires, Bouaïda a souligné à cet égard que les partenariats public-privé présentaient des avantages indéniables, bien qu’ils restent peu mis à contribution.
  • L’autorégulation est un pilier fondamental de l’intégrité et la responsabilité sociale des médias. Dans un paysage médiatique en constante mutation, son rôle dans la promotion d’une presse citoyenne et de qualité n’est plus à démontrer. Au Maroc, bien que l’expérience de l’autorégulation soit encore à ses débuts, des questions se posent néanmoins sur ses enjeux, ses limites et les moyens de son renforcement. Le colloque organisé, lundi dernier à Casablanca, par le SNPM sur le thème de «L’autorégulation de la profession et la déontologie du journalisme» a été une occasion propice pour débattre de cette question qui se trouve au cœur du projet de société démocratique lancé par le Royaume.
  • Sérieux coup de frein pour les exportateurs marocains d’habillement. Après une hausse annuelle de 24% en 2021 et de 19,6% en 2022, leurs livraisons vers l’Union européenne (UE), leur principal marché, ont chuté de 15,9% en 2023, à 2,50 milliards d’euros. Cette régression intervient dans le contexte d’un fort recul, également de 15,9%, des importations européennes relatives à cette filière à 83,5 milliards d’euros. C’est ce qui ressort des chiffres provisoires de l’Institut français de la mode (IFM), rapportés par FashionNetwork, un spécialiste d’information des professionnels du secteur. Pour le directeur de l’Observatoire économique de l’IFM, Gildas Minvielle, cette évolution enregistrée en 2023 serait «un phénomène de correction», après une année 2022 exceptionnelle.

Libération

  • L’envol des prix touchera prochainement les droits de visa Schengen. Selon le site SchengenVisaInfo.com, la Commission européenne projette de faire passer lesdits droits de 864,4 DH (80 euros) à 972,45 DH (90 euros) pour les adultes et de 432,2 DH (40 euros) à 486,23 DH (45 euros) pour les enfants en raison du taux d’inflation dans l’UE. Pis, les pays considérés par l’UE comme « non coopérants en matière de réadmission de leurs ressortissants en séjour irrégulier dans l’espace Schengen » verront la redevance pour un visa Schengen passer de 1296,61 DH (120 euros)à 1458,68 DH (135 euros) et de 1728,81 DH (160 euros) à 1944,91 DH (180 euros). A noter que le Maroc fait partie de ces pays comme c’est le cas pour le Mali, le Sénégal ou la Côte d’Ivoire ,considérés comme nations qui « coopèrent très peu ». Le Maroc a figuré au Top 10 des nationalités ayant les taux de refus les plus élevés des visas Schengen par habitant en 2022.
  • « L’interaction du Royaume avec les mécanismes onusiens des droits de l’homme traduit ses choix stratégiques dans ce domaine et ses efforts qualitatifs pour développer le système législatif et institutionnel national relatif à la promotion des droits de l’homme, notamment l’interdiction absolue et la prévention de la torture », a relevé le secrétaire général de la Délégation interministérielle aux droits de l’homme (DIDH), Abdelkarim Boujradi, lors d’une session de formation portant sur « les plaintes individuelles dans le cadre de la Convention contre la torture ». Dans ce cadre, il a mis en relief le dynamisme et les avancées réalisées par le Maroc pour lutter et prévenir la torture, rappelant que le Royaume a été l’un des premiers pays de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) à ratifier la Convention contre la torture depuis 1993, et a contribué au lancement de l’initiative mondiale de ratification de cette convention.

L’Economiste

  • Les non-résidents qui fournissent des services à distance devront s’identifier auprès de l’administration fiscale, déclarer le chiffre d’affaires réalisé au Maroc et verser la taxe due. Un changement apporté par la loi de finances 2024 et qui permet au Maroc de s’aligner sur les normes internationales. Les prestations achetées auprès de plateformes comme Netflix, Amazon et de sociétés qui produisent des applications de jeux sont concernées. Autrement dit, les règles de territorialité de la TVA prévues par l’article 88 du code général des impôts ont été revues. Les prestations de services fournies à distance de manière dématérialisée par une personne non résidente, n’ayant pas d’établissement au Maroc, à un client ayant son siège, son établissement ou son domicile fiscal au Maroc, ou à un client résidant à titre occasionnel au Maroc sont soumises à la TVA. Une petite évolution qui permettra d’appréhender des recettes additionnelles au fisc et de rattacher la consommation au lieu de résidence fiscale.
  • Très attendu, le nouveau Conseil national de l’aquaculture marine sera bientôt opérationnel. Le décret portant sa création, approuvé en Conseil de gouvernement en décembre dernier, a été publié dans la dernière édition du Bulletin officiel. Il est prévu par l’article 7 de la loi sur l’aquaculture marine, qui entre en vigueur après l’approbation de tous ses décrets d’application,comme cela est stipulé dans son article 93. Selon ce texte, ce nouveau Conseil sera chargé de donner son avis notamment sur les projets de plans aquacoles, les projets de loi et décret en relation avec ce secteur ou ayant un impact sur son développement, sa gestion ou sur les conditions d’exploitation, notamment la qualité et la salubrité des eaux d’aquaculture… Il devra également se prononcer sur toute question pour laquelle son avis est requis par l’autorité compétente. Ce dispositif prévoit également que le Conseil doit être consulté lors de l’élaboration de tout projet régional d’aménagement et de gestion aquacole.
  • La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima s’illustre par une dynamique d’investissement remarquable, comme le révèle le rapport annuel de la Commission régionale unifiée d’investissement (CRUI). En effet, l’année 2023 a été marquée par une augmentation significative des projets d’investissement, témoignant ainsi de la vigueur et de la maturité de l’écosystème régional. Selon les données fournies par le Centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CRI-TTA), la CRUI a approuvé pas moins de 709 projets d’investissement au cours de l’année écoulée, soit une hausse vertigineuse de 39,5% par rapport à l’année précédente. Ces Projets représentent un volume global d’investissement atteignant la somme impressionnante de 73,4 milliards de dirhams, en progression de 41% par des secteurs d’ac rapport à l’année 2022. Cette vague d’investissements prometteurs ne se limite pas à la création de richesses financières, mais impacte également positivement le marché de l’emploi.

Al Bayane

  • La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a organisé une rencontre des Présidents et Vice-Présidents Généraux des CGEM Régions, sous le thème « les synergies inter-territoires pour la promotion de l’investissement durable et la création d’emplois ». Dans une déclaration à la presse à cette occasion, le président de la CGEM, Chakib Alj, a affirmé que l’objectif consiste à approfondir la réflexion sur les moyens à déployer pour accélérer l’investissement privé sur les territoires et sur les actions concrètes à entreprendre afin que « nos territoires, qui regorgent d’opportunités, jouent leur rôle de moteur de croissance et de création d’emplois ».

Al Massae

  • Les éléments de la Sûreté Nationale ont réussi, dimanche, en coopération avec les services des Douanes opérant au Port Tanger Med, à mettre en échec une opération de trafic international de 3,255 tonnes de chira en plaquettes. Les opérations de contrôle aux frontières et de fouille minutieuse ont permis la saisie de cette cargaison de drogue, qui était soigneusement dissimulée à l’intérieur de la remorque d’un camion de transport international de marchandises, chargé de poissons, alors qu’il s’apprêtait à quitter le territoire par voie maritime vers un port européen, indique un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale.

Al Alam

  • Le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka a visité, à Taounate, plusieurs projets hydrauliques et routiers. A cette occasion, Baraka, qui était accompagné du gouverneur de la province de Taounate, Saleh Daha, des élus locaux et des chefs des services extérieurs, s’est informé de l’état d’avancement des travaux de construction du barrage Sidi Abbou dans la commune de Ras El Oued, dont le taux de réalisation a atteint 65 %. Par ailleurs, Baraka accompagné du wali de la région Fès-Meknès, gouverneur de la préfecture de Fès, Said Zniber et de gouverneurs de provinces de la région a visité le projet de dédoublement de la route nationale N8 reliant Fès et Taounate sur une longueur de 73 km.

Bayane Al Yaoum

  • Le président de l’Assemblée nationale de transition de la République du Gabon, Jean-François Ndongou, a réitéré la position ferme de son pays en faveur de l’intégrité territoriale du Royaume et de la marocanité du Sahara. Cette affirmation a été faite lors d’un entretien entre Ndongou, qui effectue une visite de travail dans le Royaume à la tête d’une délégation de membres de l’Assemblée nationale de transition gabonaise, et le Président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami, indique un communiqué de la Chambre.

Al Ittihad alichtiraki

  • Foundever, leader mondial dans le secteur des services clients, poursuit son expansion au Maroc avec une nouvelle installation à Tanger. Après avoir établi avec succès ses opérations à Casablanca, Rabat et Fès, Foundever renforce sa présence dans le Royaume en continuant à proposer des prestations premium dans le domaine du service client. Foundever prévoit ainsi d’employer plus de 200 collaborateurs sur son nouveau site à Tanger dans un premier temps et 500 à moyen terme. Ceux-ci seront spécialement formés pour offrir un service client en langue espagnole, renforçant de fait la position de Foundever en tant que prestataire multilingue de premier plan.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, a eu à Rabat, des entretiens avec le Commissaire général d’information espagnol, Eugenio Pereiro Blanco, actuellement en visite de travail dans le Royaume à la tête d’une importante délégation sécuritaire. Cette entrevue s’inscrit dans le sillage des rencontres bilatérales tenues entre les responsables des services sécuritaires et de renseignement des Royaumes du Maroc et d’Espagne, dans le but d’examiner les moyens de développer la coopération bilatérale dans plusieurs domaines sécuritaires, indique la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) dans un communiqué.

Assahra Almaghribia

  • L’ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, Youssef Amrani, a mis en avant, à l’occasion d’une conférence initiée lundi à Washington par le prestigieux think tank « American Foreign Policy Council », le modèle marocain singulier en termes de tolérance et de coexistence religieuse ainsi que le rôle de garant de la liberté de culte que joue le Roi Mohammed VI en tant que Commandeur des croyants. « Alors que nous discutons de la relation entre la religion et l’État, l’approche marocaine offre un modèle unique de compréhension inclusive et holistique de l’identité nationale et de la foi. Cette approche est rendue possible avant tout grâce à un leadership décisif et à une vision audacieuse portée par Sa Majesté le Roi », a relevé Amrani qui intervenait lors d’un panel aux côtés notamment du vice-ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Cheikh Abdulla Bin Ahmed Bin Abdulla Al Khalifa.
- Advertisment -