dimanche 25 février 2024

Au Cœur du Labyrinthe Maghrébin : Les Enjeux Majeurs des Relations UE-Maroc

-

L’European Council on Foreign Relations, présente le Maroc comme une sorte d’adversaire redoutable pour l’Union européenne grâce à la force de sa diplomatie et ses derniers acquis sur le dossier du Sahara au niveau international.

 Dans une étude du centre, les relations de la France, de l’Espagne ou encore de l’Allemagne avec le Maroc y sont abordées et l’auteur propose des solutions pour que l’Europe tire son épingle du jeu.

Intitulé «Le labyrinthe du Maghreb: harmoniser les politiques européennes divergentes en Afrique du Nord», le papier d’analyse revient sur les relations entre l’Union européenne et les pays du Maghreb.

L’auteur détaille ainsi tous les défis économiques et surtout de politique extérieure des Etats membres de l’Union européenne vis à vis du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Chaque pays, traité à part, puis dans un contexte plus global, est disséqué selon les attentes et les intérêts européens.

Le Maroc, dans ce sens, a la part du lion et est présenté comme un pays posant des défis aux Etats européens, notamment grâce à ses acquis diplomatiques sur la question du Sahara qui met à mal une certaine position de l’UE qui tend à laisser le Maroc entre le marteau et l’enclume.

«Il devient plus difficile pour les Européens d’équilibrer le soutien à la Tunisie avec la pression pour améliorer son traitement des migrants et entreprendre des réformes économiques significatives, pour empêcher le Maroc d’utiliser son influence pour obtenir des concessions sur le Sahara et pour encourager l’Algérie vers une plus grande ouverture économique », résume ainsi l’auteur.

Avec le Maroc, «les Européens doivent empêcher le pays de poursuivre une campagne constante visant à accroître les concessions sur le Sahara», indique le papier d’analyse. Il ajoute en ce sens que la prochaine décision d’appel de la CJCE sur l’inclusion des provinces du sud marocain dans les accords commerciaux et de pêche avec l’UE sera déterminante pour les relations entre le Royaume et les membres de l’UE.

La décision pourrait provoquer une crise si elle allait à l’encontre du Maroc et de la Commission européenne, rappelle l’analyse qui estime que malgré tout, il sera à l’avantage de l’Europe que cette décision soit défavorable aux intérêts du Maroc.

Au niveau des relations françaises avec le Maroc en particulier, elles ont connu une période de turbulences ces dernières années, rappelle la publication, soutenant que l’une des raisons en est la position de la France sur le Sahara.

«Après que Trump ait modifié la position américaine sur le territoire, la France s’est cristallisée comme le prochain prix à poursuivre par le Maroc dans sa campagne visant à consolider sa revendication de souveraineté», affirme l’analyse.

Et de rappeler que la France est depuis longtemps l’un des plus fervents partisans européens de la solution proposée par le Maroc. Les dirigeants français ont toujours décrit ce plan comme «une base sérieuse et crédible» pour résoudre le différend, mais ce choix de mots, qui semblait autrefois pencher en faveur du Maroc, semble désormais faible par rapport aux positions des États-Unis reconnait l’institut de recherche.

Concernant l’Allemagne, la même source affirme qu’elle «attache une grande importance aux relations avec le Maroc, compte tenu de la stabilité de ce dernier et de sa relative ouverture à la coopération commerciale ».

Par ailleurs, la publication reconnait que la réticence de l’UE à provoquer une crise avec le Maroc «témoigne de l’habileté diplomatique du pays à devenir un partenaire efficace pour l’Europe». Outre ses liens étroits avec l’Espagne et la France, le Maroc est allé plus loin que ses voisins pour diversifier son économie, attirer les investissements européens et adopter les énergies renouvelables.

Et de rappeler que le Royaume a signé un partenariat sur l’énergie verte avec l’UE en octobre 2022, le premier entre l’UE et un partenaire, et destiné à servir de modèle pour les futurs accords. Le partenariat vise à renforcer la coordination des politiques et à favoriser les projets verts. Le Maroc abrite déjà l’une des plus grandes centrales solaires à concentration au monde.

En somme, soutient l’institut de recherche, « l’Europe s’affaiblit dans ses relations avec le Maghreb en poursuivant (une) approche fragmentée », appelant ainsi que les États membres de l’UE aient leurs propres intérêts à défendre, tout en s’encadrant dans une vision européenne plus large pour leur donner un avantage.

L’auteur du papier conclut que, «L’approche actuelle risque de permettre aux dirigeants nord-africains de prendre le dessus dans des relations bilatérales axées sur leurs intérêts. Mais les relations variées de la France, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Allemagne avec les pays du Maghreb pourraient devenir une source de force pour l’Europe si elles étaient mieux harmonisées».

- Advertisment -