vendredi 23 février 2024

Tir mortel sur le film « Rust » : Alec Baldwin plaide non coupable d’homicide involontaire

-

Alors que les poursuites avaient été abandonnées, l’acteur a de nouveau été inculpé mi-janvier après une nouvelle expertise sur le pistolet d’où était parti le tir fatal à la directrice de la photographie Halyna Hutchins

Même charge, et même réponse. Poursuivi pour homicide involontaire, Alec Baldwin a formellement plaidé non coupable mercredi devant la justice américaine, plus de deux ans après le tir mortel qui a coûté la vie à Halyna Hutchins, directrice de la photographie de son western, Rust.

Les charges avaient été abandonnées l’an dernier, mais l’acteur a de nouveau été inculpé mi-janvier, après une nouvelle expertise réalisée sur le pistolet d’où était parti le tir fatal.

L’acteur de 65 ans était attendu devant un tribunal jeudi pour une audience préliminaire, mais sa défense a renoncé à son droit de comparaître et a envoyé un document indiquant qu’il plaide non coupable. Le comédien, qui risque jusqu’à 18 mois d’emprisonnement, nie avoir appuyé sur la détente et a toujours maintenu qu’on lui avait assuré que son arme était inoffensive.

   L’armurière du film jugée en février

A l’époque, les avocats de l’acteur avaient semé le doute sur l’expertise du Colt.45. Deux experts ont depuis reconstruit l’arme, qui avait été endommagée lors des tests du FBI. Et selon le magazine Variety, ils ont conclu qu’il était impossible qu’une balle ait été tirée sans qu’Alec Baldwin ait appuyé sur la gâchette.

L’armurière du film, Hannah Gutierrez-Reed, est également accusée d’homicide involontaire dans cette affaire et son procès doit débuter le 21 février. Lors de l’enquête initiale, les policiers ont conclu que c’est elle qui avait mis la munition dans l’arme utilisée par Alec Baldwin, au lieu d’une balle factice.

L’enquête n’a jamais déterminé comment des munitions réelles avaient pu se retrouver sur le tournage, où seules des balles à blanc sont autorisées.

- Advertisment -