jeudi 29 février 2024

Amazonie:Découverte d’un vaste réseau de cités perdues

-

En pleine forêt amazonienne, des scientifiques ont découvert un vaste réseau de cités densément peuplées vieilles de 2500 ans, où vivait une civilisation agraire jusqu’ici inconnue, selon une étude.

Le site, qui s’étend sur plus de 1000 kilomètres carrés dans la vallée de l’Upano (Équateur), au pied de la cordillère des Andes, comprend une vingtaine d’agglomérations, connectées par des routes.

Un urbanisme de dimension jamais vue à une période aussi ancienne en Amazonie. «Ça n’est pas seulement un village mais un paysage entier qui a été domestiqué par l’homme», explique à l’AFP Stéphen Rostain, directeur de recherche au CNRS.

Voilà 25 ans que cet archéologue français avait détecté les premières traces de cette civilisation baptisée «Upano» par des fouilles au sol, et repéré quelques centaines de monticules de terre.

En 2015, une compagnie mandatée par le bureau du patrimoine équatoriens entreprend de survoler la région avec un Lidar («Laser imaging detection and ranging»), une petite machine de télédétection par laser embarquée dans un avion, qui permet de passer entre les feuilles des arbres de l’épaisse forêt.

«En éliminant la couverture végétale, vous pouvez restituer le vrai modelé du sol sur ces centaines de kilomètres carrés, ce qui n’était pas possible sur le terrain», précise Stéphen Rostain.

   «Comme à New York»

L’imagerie révèle plus de 6000 de monticules, des plateformes en terre rectangulaires qui servaient de sous-bassement aux habitations, pour les protéger du sol humide.

«Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi spectaculaire. Pour un archéologue, c’est un véritable eldorado scientifique», confie le chercheur.

Les premières plateformes auraient été érigées entre 500 ans avant notre ère et 300 et 600 ans après, couvrant ainsi l’époque de l’Empire romain.

D’autres villages préhispaniques ont été mis au jour en Amazonie, mais plus récents, entre 500 et 1500 de notre ère. Et pas aussi vastes.

Plus remarquable encore: les cités découvertes sont entrecoupées par de grandes rues creusées, droites et à angle droit – « comme à New York », commente l’archéologue – qui reliaient les villages ensemble. À des fins commerciales, mais aussi cérémonielles, selon l’expert.

Certaines cités comportent une grande allée centrale, semblable à celle du site archéologique de Teotihuacan au Mexique, pour réunir les gens des villages. Car ceux-ci étaient «densément peuplés», de «plusieurs milliers d’habitants» – une étude statistique est en cours pour avoir une estimation plus fine.

   Société nomade «stratifiée»

Des monticules hauts de 8 à 10 mètres témoignent de la construction non pas de maisons, mais d’espaces collectifs pour des rituels ou des fêtes.

Des petits champs montrent en outre qu’il s’agit d’une société agraire qui «profitait du moindre espace vide pour le faire fructifier», analyse le scientifique, qui travaille au laboratoire Archéologie des Amériques.

En fouillant des habitations, il avait déjà déniché de nombreux vestiges domestiques: graines, pierres à moudre, outils, jarres en céramique pour boire la bière de maïs….

«On n’est pas dans le cadre d’une société nomade mais d’une société stratifiée, avec probablement une autorité et des ingénieurs pour tracer des routes», résume Stéphen Rostain.

Cette découverte démontre selon lui «qu’il n’y avait pas que des autochtones chasseurs-cueilleurs archaïques en Amazonie mais aussi des populations urbaines complexes», alors qu’une «certaine arrogance occidentale a tendance à cantonner les civilisations des peuples forestiers à la sauvagerie».

«Il est temps de reconsidérer cette opinion dépréciative de l’Amazonie», estime-t-il.

- Advertisment -