jeudi 22 février 2024

Fruits secs : Nouveau record pour les importations marocaines en 2023

-

Les importations marocaines de noix et de fruits secs sont en passe de battre un nouveau record en 2023. De janvier à octobre de l’année dernière, elles ont déjà atteint le seuil record de 66.000 tonnes, soit 12% de plus que sur l’ensemble de l’année 2022, selon la plateforme EastFruit.

Le Royaume, un des exportateurs de fruits et légumes frais à la croissance la plus rapide au monde, a importé plus de 26 fois plus de ces produits qu’il n’en a exporté en 2022 !

La principale augmentation des importations des fruits secs s’est produite entre 2018 et 2021, lorsque les volumes ont plus que triplé. En 2022, en raison du ralentissement de l’économie mondiale, de la hausse des coûts logistiques et d’autres défis économiques, le Maroc a légèrement réduit ses importations de noix et de fruits secs. Il ne s’agit toutefois que d’un revers temporaire et, à la mi-2023, le marché marocain a montré des signes de reprise, analyse la même source.

En hiver, notre organisme se fatigue et fournit plus d’énergie pour maintenir sa température à 37 degrés Celsius. Pour mieux lutter contre le froid, les spécialistes de la nutrition nous recommandent de repenser notre alimentation durant la saison froide. Explications avec Fatiha Bennani, diététicienne.

Les amandes, les noix et les raisins secs restent les trois principales catégories d’importations de fruits à coque et de fruits secs au Maroc. Cependant, leur part combinée a baissé de 91% en 2018 à 88% en 2022. Parallèlement, les importations de ces deux dernières catégories ont doublé en moyenne sur la même période, tandis que les volumes d’achat d’amandes ont presque décuplé. Les segments des noix de cajou et des pruneaux ont connu des taux de croissance des importations encore plus actifs. Les importations de noix de cajou ont été multipliées par 12 et les achats de pruneaux par 19 !

Les États-Unis restent le principal fournisseur d’amandes et de noix du marché marocain. Sur le segment des amandes, les exportateurs américains dominent, fournissant la quasi-totalité des importations marocaines. Cependant, sur le marché des noix, les États-Unis perdent du terrain face à leurs concurrents chinois et chiliens. Les approvisionnements en noix des États-Unis vers le Maroc ont diminué de 18% à 3.000 tonnes entre 2018 et 2022, tandis que les exportations du Chili ont augmenté de 50% à 7.000 tonnes et celles de la Chine de plus de 23 fois pour atteindre 5.600 tonnes. La situation devrait être similaire en 2023 : les États-Unis devraient exporter une quantité record de noix vers le marché marocain, tandis que la Chine poursuit son expansion.

La structure des importations de raisins secs au Maroc évolue également. En 2018, les principaux fournisseurs de raisins secs du pays étaient l’Inde et la Turquie, mais ils ont été rejoints par l’Ouzbékistan en 2019 et l’Iran en 2020. Fin 2022, ces quatre pays représentaient 94% de tous les approvisionnements en raisins secs du pays. Parallèlement, le segment des importations de noix de cajou au Maroc se caractérise par une domination presque totale du Vietnam, tandis que la part des autres pays fournisseurs est relativement faible. Il existe également des catégories moins importantes d’importations marocaines de fruits à coque et de fruits secs, comme les pistaches, les pruneaux, les noisettes, les abricots secs, les noix du Brésil, etc., et les importations de la quasi-totalité d’entre eux sont en croissance. Celles des pistaches ont quintuplé pour atteindre 1.800 tonnes de 2018 à 2022, et les États-Unis étaient quasiment le seul exportateur de ces noix vers le marché marocain.

- Advertisment -