vendredi 23 février 2024

Revue de presse de ce vendredi 5 janvier 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi 5 janvier 2024:

L’Opinion

  • Si le commerce illégal de la faune sauvage alimentait, il y a quelques années encore, les échoppes d’herboristes douteux et les sacs de montreurs d’animaux à la petite semaine, le récent coup de filet des autorités à l’aéroport de Marrakech-Ménara démontre l’impératif de prendre en considération la demande transfrontalière croissance de certaines espèces sauvages et endémiques. Des centaines de reptiles du Maroc ont ainsi été saisis de justesse alors qu’ils étaient destinés à alimenter des échoppes asiatiques, tout aussi douteuses, mais également les vivariums de terrariophiles passionnés par l’élevage de reptiles et d’arachnides exotiques, très rares de préférence. « Le trafic des espèces sauvages au Maroc a évolué durant ces dernières décennies. Avant, la demande était principalement locale avec des animaux utilisés dans la médecine traditionnelle, les pratiques de sorcellerie ou encore dans les spectacles. Actuellement, à cette demande locale, s’est ajoutée une demande internationale qui provient de pays étrangers », remarque Pr Abdellah Bouazza, herpétologiste.
  • Après des mois de discussions, le projet de loi n°43.22 relatif aux peines alternatives s’apprête enfin à voir le bout du tunnel. Après avoir fait l’objet de quelques amendements à la première Chambre, le texte, porté par Abdellatif Ouahbi, est entre les mains des Conseillers qui devraient le voter dans les jours à venir, après un grand bras de fer au sein de la Commission de la Justice. La réforme, bien qu’elle paraisse urgente pour plusieurs raisons, suscite encore quelques incompréhensions chez certains parlementaires qui craignent que la loi renforce l’impunité. Face à ces réserves, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, veut se montrer pragmatique. La réforme est jugée l’unique moyen de venir à bout de la surpopulation carcérale qui étouffe le système pénitencier.
  • La Fondation Mohammed VI des Sciences et de la Santé a signé récemment un Mémorandum d’entente avec les Laboratoires Roche Maroc en vue d’accélérer la recherche au sein des structures de la Fondation et d’améliorer l’accès aux soins de santé du citoyen marocain. Ce mémorandum s’articule autour de quatre axes à savoir : La promotion de la médecine personnalisée à travers le développement des capacités diagnostiques, l’amélioration de la digitalisation et le renforcement du rôle de l’intelligence artificielle dans la santé, la formation scientifique afin de renforcer les capacités du personnel médical et paramédical, le développement de la recherche biomédicale, et des données de vie réelle y compris les études pharmaco-économiques en santé, et l’amélioration de l’accès équitable aux thérapies innovantes.

Le Matin

  • Dernière ligne droite avant l’adoption du nouveau décret relatif au statut unifié des fonctionnaires du secteur de l’éducation. Après plusieurs réunions marathon, le texte est quasiment prêt. Trois points seulement, faisant encore l’objet de désaccord, seront examinés aujourd’hui par la commission tripartite et les cinq syndicats les plus représentatifs, avant le transfert du texte définitif dans le courant de la semaine prochaine au secrétariat général du gouvernement pour validation. Les trois points en question portent sur la promotion et l’évaluation. Si les deux parties arrivent à accorder leurs violons, le nouveau statut unifié pourrait voir le jour et mettre fin ainsi à des mois de négociations ardues.
  • La bancassurance continue d’engranger des parts de marché significatives sur le marché de l’assurance au Maroc, aux dépens des réseaux spécialisés. En 2022, elle a drainé un volume de primes record de 18,3 milliards de DH, dépassant pour la première fois celui des courtiers. La bancassurance maintient ainsi sa bonne dynamique de croissance à deux chiffres. L’essentiel de la collecte (85,8%) provient des 3 trois plus grandes banques marocaines : la Banque Populaire, Attijariwafa bank et Bank Of Africa.
  • Depuis le séisme d’Al Haouz, une série de secousses ont été enregistrées dans différentes régions du Royaume. La dernière en date est celle survenue dans la province d’Azilal, d’une magnitude de 5,1. «Suite au séisme d’Al Haouz, le Maroc est confronté à une intensification notable de l’activité sismique. L’intensité de ce séisme a provoqué une augmentation significative de la pression sur les structures géologiques à travers le pays», explique le chef de division à l’Institut national de géophysique (ING), Nacer Jabour. Et de noter que la province d’Azilal se situe à la jonction entre le Moyen Atlas et le Haut Atlas, c’est-à-dire dans une zone sismique à risque. L’évolution post-sismique se manifeste par la réactivation de plusieurs failles à l’échelle nationale, comme en témoigne la récente secousse de magnitude 5,1 dans la province d’Azilal. Pr Jabour a indiqué au journal que «cette réactivation n’est pas limitée à la zone directement touchée par le séisme initial, mais s’étend à des régions relativement éloignées».
  • Deux Garde-côtes et un Patrouilleur de Haute Mer de la Marine Royale, en mission de surveillance des eaux sous juridiction nationale, ont intercepté à 75 km à l’Ouest de la ville de Dakhla, deux pirogues ayant à bord un total de 124 émigrés subsahariens, dont 8 mineurs. Les deux pirogues en question comptaient rejoindre les Îles Canaries, indique un communiqué de l’État-Major Général des Forces Armées Royales. Les personnes interceptées ont reçu les soins nécessaires à bord de ces Unités de la Marine, avant d’être acheminées au port de Dakhla et confiées à la Gendarmerie Royale pour des procédures administratives d’usage, précise le communiqué.

Libération

  • La dotation commerce électronique a été plafonnée à 1 million de dirhams (MDH) pour les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction Générale des Opérations de Changes (IGOC). Cette dotation est également plafonnée à 1 MDH par année civile pour les opérateurs catégorisés par l’Office des Changes conformément aux dispositions de l’article 17 bis de l’IGOC-2024.
  • Selon plusieurs analystes, il n’y a aucune baisse de prix des carburants à l’horizon puisque «l’année 2024 pourrait voir la consommation mondiale de brut battre des records, ce qui contribue, avec le plafonnement de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), à maintenir des cours élevés (autour de 80 dollars le baril)». Et qu’en est-il de l’impact de cette situation au Maroc ? Certains experts considèrent que le vrai problème des prix des carburants réside dans les structures des prix au Maroc et non pas dans le contexte international, sans oublier les pratiques anticoncurrentielles. Selon eux, il n’y a pas une corrélation étroite entre le marché international et le contexte national comme en attestent certaines hausses qui restent ambiguës au vu du contexte mondial. D’autant qu’il n’y a pas de contrôle des conditions d’un fonctionnement équilibré et transparent des marchés.

L’Economiste

  • Le tourisme interne représente 30% des nuitées dans les établissements hôteliers touristiques classés au niveau national. Pour cette catégorie de touristes, le taux annuel de croissance dépasse, sur la décennie 2010-2020, celui des nuitées des touristes étrangers. Qu’on le veuille ou non, le tourisme national est devenu un marché à part entière. Selon nos sources à la CNT, «le tourisme interne est un marché national fort qui a encore du potentiel de croissance et qui mérite une véritable stratégie avec des incitations et des leviers de dynamisation». Ce qui passe par le développement d’une offre dédiée, le réaménagement des calendriers des vacances scolaires, une saisonnalité appropriée, un maillage territorial, l’accessibilité et la diversité, des packages incitatifs…
  • Les dispositions relatives à la régularisation des avoirs détenus par les résidents nationaux à l’étranger sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier. A l’évidence, les banques n’ont pas encore démarré leur campagne publicitaire pour attirer cette catégorie de clientèle aisée. Probablement dans l’attente du top départ de l’Office des changes. Office qui vient de publier une circulaire régissant les conditions de détention des comptes bancaires dans le cadre de l’amnistie 2024 sur les avoirs à l’étranger. Ainsi, les banques sont autorisées à ouvrir, au nom des personnes physiques ou morales ayant souscrit une déclaration relative à des liquidités détenues à l’étranger, des comptes en devises ou en dirhams convertibles. Elles peuvent ouvrir des comptes joints sur la base de déclarations individuelles de comptes joints ouverts à l’étranger.

Al Bayane

  • Pour la Confédération marocaine des TPE-PME, le projet de loi des finances (PLF) pour 2024 ne contient aucune mesure d’accompagnement pour les Très Petites Entreprises et Petites & Moyennes Entreprises marocaines. Un communiqué de la Confédération indique que dans une dichotomie flagrante, les grandes entreprises bénéficient d’allégements fiscaux et d’avantages financiers. Plus de 292 mesures ont été annoncées en leur faveur, creusant l’écart entre les grandes structures et les TPE-PME. Ajoutant que les programmes Forsa et Intelaka, reconnus pour leur efficacité, se retrouvent négligés. Ces initiatives ont prouvé leur capacité à générer de l’emploi à moindre coût comparé aux mégaprojets privilégiés par le gouvernement. Le communiqué ajoute que la crise des TPE- PME est exacerbée par la croissance du secteur informel.

Al Massae

  • Un officier de police relevant du district de sûreté d’Inzegane a été contraint d’user de son arme de service lors d’une intervention sécuritaire pour interpeller un mineur, en forte état d’impulsivité et d’ébriété, menaçant à l’aide d’une arme blanche, la sécurité des citoyens et exposant l’un des éléments de police à une agression dangereuse. Une patrouille de la police était intervenue pour interpeller le suspect, qui était en état d’ébriété avancée et en possession d’une arme blanche de grande taille, en semant le chaos et mettant en péril la sécurité des citoyens au niveau de la place « Dcheira » à Inzegane, souligne une source sécuritaire, notant que le mis en cause a agressé physiquement l’un des éléments de police à l’aide d’une arme blanche.

Bayane Al Yaoum

  • Les funérailles de feu Me Abdelaziz Benzakour, qui s’est éteint mardi à l’âge de 81 ans, ont eu lieu mercredi à Casablanca. Après les prières d’Al Asr et du mort à la mosquée Al Ghofrane, la dépouille de feu Me Abdelaziz Benzakour a été inhumée au cimetière Al Ghofrane. Les obsèques de feu Abdelaziz Benzakour se sont déroulées en présence, notamment, des membres de sa famille et de ses proches, ainsi que de plusieurs personnalités des mondes de la magistrature, du barreau, de la politique et des droits de l’Homme.

Al Ittihad alichtiraki

  • Le montant minimum de la dotation pour voyages d’affaires passe de 60.000 dirhams à 100.000 dirhams, selon la nouvelle version de l’Instruction Générale des Opérations de Change (IGOC) dont les dispositions entreront en vigueur à compter du 2 janvier 2024. Les dotations au titre des voyages d’affaires peuvent être octroyées dans les conditions définies par l’IGOC au profit du personnel relevant des sociétés de droit marocain ou des succursales immatriculées auprès de l’Office des Changes, qui ne disposent pas de comptes en devises ou en dirhams convertibles, du personnel des associations marocaines de micro-crédit ou reconnues d’utilité publique, des coopératives, des associations et fédérations créées en vertu d’un texte législatif ou réglementaire liées aux institutions financières et des fédérations professionnelles marocaines et des personnes physiques exerçant une profession libérale à titre individuel, qui ne disposent pas de comptes en devises ou en dirhams convertibles.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Le premier grand oral du Chef du gouvernement au Parlement pour cette année 2024, prévu pour le 22 janvier, sera axé sur le secteur de l’Éducation nationale. Cette décision a été prise par le bureau de la Chambre des représentants, en accord avec le chef de l’exécutif, et ce, en vertu de l’Article 100 de la Constitution et du règlement intérieur de ladite chambre. Après plusieurs semaines de grèves, le gouvernement et les syndicats les plus représentatifs ont signé, le 26 décembre 2023, un accord pour mettre fin à une longue et inédite crise dans l’Éducation nationale.

Assahra Almaghribia

  • L »Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) a mis en ligne la première publication de sa nouvelle série : « Concepts Emergents ». Cette publication s’inscrit « dans le cadre de sa mission de veille prospective -qui consiste à suivre de près les mutations qui s’opèrent au niveau national, régional et international, en vue de préparer le Maroc au monde de demain- et suite à la publication de la première édition de son « Annual Survey Paper » -dédié à l’examen des tendances émergentes », indique jeudi un communiqué de l’IRES.
- Advertisment -