dimanche 25 février 2024

Ces projets qui vont changer l’image de la région de Casablanca-Settat

-

La région de Casablanca-Settat poursuit sa mue, se réinvente. Au cours de l’année qui vient de s’écouler, de nombreux chantiers de développement ont été lancés, d’autres prennent forme. Cette région, carrefour dynamique du Royaume, redéfinit son paysage, se métamorphose au rythme d’une série de projets ambitieux, promettant de changer l’image de Casablanca-Settat, de lui insuffler une nouvelle énergie.

Des méga-projets, allant de l’amélioration des infrastructures à la promotion des piliers du développement durable, se concrétisent, tendant à exploiter tout le potentiel de développement dont regorge la région. Une dynamique de progrès qui accentue la vocation de région leader de Casablanca-Settat, tant au niveau national que continental.

Et pas que. La région se met au diapason des grandes échéances futures à dimension planétaire. C’est à Benslimane que sera construit le Grand stade de Casablanca, qui abritera des matchs de la Coupe du monde 2030.

D’une capacité de 110.000 places et engageant un budget d’investissement d’environ 5 milliards de dirhams (MMDH) sur la période 2025-2028, ce stade comptera parmi les plus prestigieux au monde. Un projet qui vient renforcer les infrastructures sportives du Royaume, avec pour vocation d’accueillir les grandes compétitions sportives à l’échelle nationale et internationale, dotant ainsi la région de Casablanca-Settat d’un lieu attractif et contribuant grandement à son développement.

A cela s’ajoute la mise à niveau et la modernisation du Complexe Mohammed V de Casablanca, en conformité avec les normes de la Confédération Africaine de Football à l’horizon 2025, ainsi qu’avec les normes de la FIFA à l’horizon 2028.

Un peu loin de la province de Benslimane, et du sport, un autre projet structurant est à l’ordre du jour. Il s’agit de la plateforme dédiée à la commercialisation des produits agroalimentaires, la première du genre dans le Royaume, qui sera implantée à Had Soualem.

Mobilisant un budget de 1,5 MMDH, ce projet gigantesque consiste à regrouper hors de la ville de Casablanca les quatre marchés de gros actuels, à savoir ceux des fruits et légumes à Hay Moulay Rachid, de poisson à Lahraouiyine, des œufs à la Gironde et des volailles à Hay Mohammadi.

Au menu également, le projet de station de dessalement de l’eau de mer, la plus grande au niveau africain et qui s’inscrit dans le cadre du Programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation pour la période 2020-2027.

D’une capacité de traitement de 200 millions de m3 par an dans une 1ère phase, cette station vise à renforcer l’alimentation en eau potable de la région de Casablanca-Settat tout en fournissant de l’eau pour l’irrigation, en mobilisant des ressources d’eau non traditionnelles.

Parmi les projets à vocation écologique figure également l’Unité de tri et de valorisation des déchets ménagers de Casablanca, la plus grande au Maroc. D’un coût global d’investissements qui s’élève à près de 3,15 MMDH, ce projet vise principalement à moderniser et développer les systèmes de traitement des déchets ménagers et similaires, les rendant plus efficaces sur le plan environnemental et social.

Le secteur touristique n’est pas en reste. Dans le pipe, le projet de méga-palais des congrès est destiné à accélérer le développement de Casablanca comme hub international et à promouvoir le tourisme de congrès et d’expositions.

D’un budget global de 1,5 MMDH, le palais des congrès abritera plusieurs salles de conférence, un grand centre d’expositions et un hôtel, dans une localisation pressentie dans l’axe entre la ville de Casablanca et l’Aéroport Mohammed V. En attendant la concrétisation de ce projet prometteur, la Foire internationale de Casablanca fera peau neuve, permettant à la ville d’accueillir des manifestations internationales.

D’autres projets en cours de réalisation accentueront la transformation de la région de Casablanca-Settat, se rapportant notamment au développement de la desserte ferroviaire métropolitaine et régionale, avec une deuxième ligne à grande vitesse en cours de conception, le développement d’un RER dans le Grand Casablanca, des lignes de Tram qui atteindront les 100 km en 2024… Le train du développement de la région Casablanca-Settat est sur les bons rails.

- Advertisment -