jeudi 29 février 2024

Revue de presse de ce mardi 26 décembre 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 26 décembre 2023:

L’Économiste

Sur les 389 recommandations formulées par la Cour des comptes, seules 62 ont été exécutées. Une situation qui interpelle les organismes concernés, selon cette haute juridiction. Ceux-ci doivent « redoubler d’efforts pour activer l’exécution ». Plusieurs arguments sont mis en avant par ces organismes pour justifier le retard d’implémentation de ces chantiers. Pour améliorer le suivi de la mise en œuvre de ces propositions, la Cour des comptes a également digitalisé le processus, en 2022, en mettant en place une plateforme électronique dédiée. Celle-ci génère une série d’indicateurs relatifs à l’exécution de ces pistes de réforme.

Le Matin

L’expérience du Maroc en matière de réforme financière a été exposée, au Caire, à l’occasion du premier Forum financier arabe pour le Prix de Sharjah des finances publiques. Le directeur des Ressources et des Affaires générales au ministère délégué chargé de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Aziz Khalladi, a abordé dans une intervention à l’occasion axée sur « La réforme budgétaire au Maroc, le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration comme modèle », la réforme financière dans le Royaume sous deux angles : le premier traitant du contexte général, de la référence, des fondements de la réforme et sa mise en œuvre, alors que le second a porté sur les programmes, projets approuvés, les objectifs, les indicateurs et la programmation.

L’Opinion

À la croisée des débats, la réforme du Code de la famille marocain entame son troisième mois. L’élan de cette réforme avait été donné par la Lettre Royale adressée au chef du gouvernement, ordonnant la refonte de la Moudawana dans un délai de six mois. Ce sera donc en 2024, soit vingt ans après la promulgation du Code de 2004, jugé maintenant dépassé. Au fur et à mesure du compte à rebours, les débats intensifient autour de problématiques cruciales : de la garde et la tutelle des enfants, jusqu’à la polygamie, en passant par l’héritage, sans oublier la filiation ou encore le mariage des mineurs. Au-delà des considérations juridico-théologiques, ce chantier de réforme pèse surtout d’un point de vue sociologique à travers son incontestable et cathartique et introspectif dans une société marocaine en pleinemutation.

Libération

Les aéroports du Maroc ont accueilli, durant les onze premiers mois de l’année en cours, 24.737.734 passagers, soient des taux de croissance de 7% par rapport à la même période de 2019, et de 34% par rapport à 2022, selon l’Office national des aéroports (ONDA). Cette évolution concerne la plupart des aéroports qui ont connu d’importantes hausses du trafic passagers par rapport à 2019, dont l’aéroport de Tétouan (+506%), Essaouira (+54%), Tanger (+42%), Nador (+34%), Oujda (+33%), Fès (+22%), Agadir (+13%), fait savoir l’Office dans un communiqué. Ces performances s’expliquent par la reprise de beaucoup de vols qui ont été suspendus durant la crise sanitaire, et également par la création de plusieurs routes aériennes inédites, souligne l’ONDA.

Al Bayane

L’année 2023 a vu le lancement d’une série de projets et programmes clés totalisant près de 800 millions d’euros, ce qui témoigne de la relation excellente entre le Royaume et la Banque africaine de développement (BAD), a affirmé le représentant résident de la Banque au Maroc, Achraf Tarsim. « Par son histoire, son excellence et sa vitalité, cette coopération exemplaire s’est traduite par près de 190 opérations dans divers secteurs stratégiques », s’est félicité Tarsim dans une interview accordée à la presse, notant que le Maroc est le premier partenaire de la BAD avec un important portefeuille d’opérations, avoisinant les 4 milliards de dollars américain. « Le Royaume est source d’inspiration apportant la preuve qu’avec de l’ambition, de la volonté et des ressources, l’émergence peut devenir une réalité », a dit Tarsim.

Al Ahdath almaghribia

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a constamment appelé à faire prévaloir l’approche de développement pour traiter les questions du Sahel, a affirmé, à Marrakech, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de la Réunion ministérielle de coordination sur l’Initiative de SM le Roi pour favoriser l’accès des pays du Sahel à l’Océan l’Atlantique, Bourita a relevé que l’approche du développement a toujours été au centre des initiatives et actions de Sa Majesté le Roi en faveur des pays de la région, à savoir le Mali, le Tchad, le Burkina Faso et le Niger, aussi bien sur le plan bilatéral qu’en tant que groupement.

- Advertisment -