vendredi 21 juin 2024

Sahara marocain: Joshua Harris à Rabat après une visite à Alger

-

Le sous-secrétaire d’Etat américain Joshua Harris est attendu au Maroc ce lundi pour une visite de deux jours. A la veille de son arrivée, la diplomatie américaine a réitéré que sa position sur la question du Sahara marocain demeure «inchangée», soutenant que le plan d’autonomie proposé par Rabat est «sérieux, crédible et réaliste»

La position «claire et constante» des Etats-Unis sur la question du Sahara reste «inchangée», a affirmé dimanche la diplomatie américaine, en réitérant le soutien de Washington au plan marocain d’autonomie comme étant «sérieux, crédible et réaliste…».

Dans un communiqué rendu public sur le compte X de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat à la veille de la visite au Maroc (17 et 18 décembre) du sous-secrétaire adjoint des Etats-Unis pour l’Afrique du Nord, Joshua Harris, le Département d’Etat a précisé que, lors de ses discussions à Rabat, le responsable américain «réitérera qu’il n’y a aucun changement dans la position claire et constante des États-Unis».

 «Les États-Unis soutiennent pleinement l’Envoyé personnel de l’ONU, De Mistura, dans la facilitation du processus de négociations visant à parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable pour le Sahara», ajoute le communiqué.

Tout en rappelant que les États-Unis «estiment qu’une solution politique négociée doit être trouvée sans plus tarder», la même source précise que «l’issue des négociations menées sous l’égide des Nations Unies – mutuellement convenue par les parties et reflétant leur engagement envers les efforts de l’ONU dans un esprit de réalisme et de compromis – constituerait la solution finale à cette question».

«Dans ce sens, les États-Unis continuent de considérer la proposition marocaine d’autonomie comme étant sérieuse, crédible et réaliste», réaffirme la diplomatie américaine.

La visite à Rabat du sous-secrétaire adjoint américain pour l’Afrique du Nord portera également sur «le renforcement du partenariat entre les États-Unis et le Maroc et une série de priorités en matière de sécurité régionale», citant la situation à Gaza, selon le communiqué.

Auparavant, l’adjoint d’Antony Blinken en charge du Proche-Orient s’est rendu à Alger où il s’est exprimé dans la presse locale sur la question du Sahara marocain. Ses propos ont été déformés par les médias algériens.

La pression s’exerce fortement sur l’Algérie, pour normaliser ses relations avec Rabat, contenir le bellicisme du Polisario et parvenir à un règlement négocié par le biais du processus politique des Nations Unies et non par une aventure référendaire.

- Advertisment -