vendredi 1 mars 2024

Près de quatre ans après les premiers signaux du Covid, Pékin évoque des virus déjà connus

-

Le 13 novembre, les autorités chinoises ont rapporté une hausse des maladies respiratoires, principalement chez des enfants. Elles l’ont attribuée à l’abandon des restrictions anti-Covid, à l’arrivée de la saison froide, à la circulation de pathogènes connus (virus de la grippe, bactérie mycoplasma pneumoniae, VRS à l’origine de bronchiolites, SARS-CoV-2).

Et lundi, le système de veille ProMED –à l’origine fin 2019 du premier signal sur la pneumonie mystérieuse qui se révèlera être le Covid-19– a alerté sur des hôpitaux «submergés d’enfants malades» d’une infection respiratoire inconnue. Quelques cas d’adultes, notamment des professeurs, ont été mentionnés.

Une flambée signalée principalement à Pékin et dans des villes telles que Liaoning (nord-est).

Les symptômes rapportés? De la fièvre, une inflammation pulmonaire sans toux, parfois des nodules pulmonaires –boules sur le poumon résultant d’une infection, détectée par radiographie ou scanner. Aucun décès n’a été rapporté.

À Pékin, à l’hôpital de l’Institut de pédiatrie, des journalistes de l’AFP ont vu jeudi une foule de parents et d’enfants. Certains parents ont évoqué des infections mycoplasma pneumoniae, une cause connue de pneumonies pédiatriques, traitée avec des antibiotiques.

- Advertisment -