vendredi 1 mars 2024

La fusée chinoise qui s’est crashée sur la face cachée de la Lune portait une charge mystérieuse

-

Il y a quelques mois, le reste d’une fusée chinoise s’est écrasé sur la face cachée de notre Lune et il a laissé deux cratères au lieu d’un seul. Pour l’expliquer, des chercheurs invoquent aujourd’hui une charge mystérieuse portée par la mission.

En mars 2022, quelque chose a heurté la face cachée de la Lune, dans la région du cratère Hertzsprung. Les chercheurs l’avaient prévu. Le reste d’une  qu’ils suivaient depuis des semaines.

 Affaire classée ? Non, pas tout à fait. Parce que l’impact a très étonnamment creusé non seulement un, mais bien deux cratères. Et les chercheurs se sont alors demandé comment c’était possible.

Les données confirment l’implication d’une fusée chinoise

Aujourd’hui, des ingénieurs de l’université de l’Arizona (États-Unis) confirment dans le Planetary Science Journal que c’est bien un propulseur de la fusée Longue Marche 3C de la -T1, une fusée lancée en 2014 par l’Agence spatiale chinoise, qui s’est écrasé sur la Lune il y a presque deux ans maintenant. Mais ils suggèrent aussi que quelque chose a pu avoir été dissimulé concernant ce propulseur. Car selon les courbes de lumière que les chercheurs utilisent pour caractériser les objets flottants, celui-ci était étonnamment équilibré. Alors même qu’en tant que corps de fusée, il aurait dû basculer du côté de ses moteurs de plus de 1 000 kilos.

La découverte est finalement cohérente avec la formation de deux cratères à l’impact sur la Lune. Deux cratères espacés l’un de l’autre d’environ 30 mètres. Alors même que l’objet est tombé presque tout droit au sol. « Pour en arriver là, il faut un objet avec deux  à peu près équivalentes éloignées l’une de l’autre », explique Tanner Campbell, auteur principal des travaux, dans un communiqué de l’université de l’Arizona.

La charge de la fusée chinoise restera sans doute mystérieuse

Rappelons que la Chine a toujours prétendu que l’étage supérieur de sa fusée Longue Marche 3C avait brûlé dans l’atmosphère de notre Terre. Ainsi, Tanner Campbell estime que « nous ne saurons probablement jamais » ce qui a pu équilibrer l’objet – une structure de support supplémentaire, des instruments supplémentaires ou autre chose.

- Advertisment -