vendredi 14 juin 2024

Les chercheurs associent le déclin mondial du nombre de spermatozoïdes avec les insecticides

-

Comment expliquer la baisse du nombre de spermatozoïdes de ces cinquante dernières années ? Les facteurs environnementaux (perturbateurs endocriniens, pesticides, radiations) constituent une piste intéressante. Une méta-analyse montre une association forte entre cette baisse et les insecticides comme le controversé glyphosate.

Les études scientifiques montrent que la qualité du sperme et la concentration de spermatozoïdes diminuent avec le temps. Une recherche menée l’année dernière a révélé que le nombre moyen de spermatozoïdes des participants – qui n’étaient pas infertiles – avait chuté de 51 % en 45 ans (entre 1973 et 2018). Ce constat serait d’origine multifactorielle, la pollution de l’air et une utilisation accrue du téléphone portable ayant été notamment incriminés.

Attention au glyphosate

Une nouvelle analyse de 25 études et publiée dans Environmental Health Perspectives montre qu’une exposition aux insecticides est liée à une baisse de la concentration de spermatozoïdes chez les hommes adultes du monde entier. Plus précisément, les chercheurs italiens et américains ont examiné les données de 1 774 hommes dans 21 populations issues de quatre continents (Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud et Europe), qui ont été exposés aux organophosphates (dont fait partie le glyphosate) et aux N-méthylcarbamates. Le plus souvent, cette exposition passe par la consommation d’eau et d’aliments contaminés.

Les chercheurs notent que cette association s’est renforcée avec la prise en compte de deux facteurs susceptibles de modifier l’effet : l’exposition à d’autres toxines reproductives et les facteurs de risque médicaux liés à une faible concentration de spermatozoïdes. « Les preuves disponibles ont atteint un point tel que nous devons prendre des mesures réglementaires pour réduire l’exposition aux insecticides », a averti Melissa Perry, épidémiologiste et microbiologiste à l’université George Mason (États-Unis) et auteure principale de l’étude.

- Advertisment -