mardi 28 mai 2024

Le Maroc déterminé à établir un nouveau cadre contractuel et participatif avec l’UE

-

Le Royaume du Maroc est déterminé à mettre en place un nouveau cadre contractuel et participatif avec l’Union européenne (UE), a affirmé l’universitaire Zaher Badr Al Azrak.

Le Royaume, devenu aujourd’hui une force économique régionale, que ce soit au niveau continental ou au niveau du bassin méditerranéen, est déterminé à mettre en place un nouveau cadre contractuel et participatif avec l’UE qui prend en considération le contexte et les développement que connaît l’économie marocaine sur tous les plans, a indiqué M. Al Azrak, Professeur chercheur en droit des affaires à l’Université Hassan II de Casablanca dans une déclaration à la MAP en réaction suite à la 5ème session de la Commission mixte chargée du suivi de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable.

Cette réunion Maroc-UE périodique, a-t-il poursuivi, constitue une occasion pour évaluer le niveau de partenariat entre le Maroc et l’UE à plusieurs niveaux, dont le secteur de la pêche maritime, qui a fait l’objet dernièrement de controverses puisque « le Maroc n’accepte plus l’ancienne forme et formule de coopération à ce niveau, et il est donc nécessaire de rechercher de nouvelles formules et méthodes de coopération dans ce domaine vital ».

L’UE sait pertinemment qu’aujourd’hui le Maroc n’est pas en dépendance économique à l’UE dans ce domaine, a ajouté l’universitaire, soulignant que l’UE est spécifiquement en position de « trouver des solutions pour pérenniser cette coopération avec le Maroc afin d’explorer des perspectives prometteuses au processus de son partenariat bilatéral avec le Royaume ».

Dans un communiqué conjoint, publié à l’issue de la 5ème session de la Commission mixte chargée du suivi de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable, tenue jeudi à Bruxelles, « le Maroc et l’UE ont convenu de poursuivre leur coopération comme le prévoit l’Accord de Partenariat dans le domaine de la pêche durable, qui demeure en vigueur, de manière à approfondir le partenariat bilatéral sur des volets essentiels, tels que les campagnes scientifiques, la coopération technique, la lutte contre la pêche illégale, l’intégration économique des opérateurs, les dispositifs de sécurité en mer et d’amélioration des conditions de travail et de protection des marins ».

- Advertisment -