mardi 21 mai 2024

L’UE accorde un « intérêt stratégique » à la coopération halieutique avec le Maroc

-

L’Union Européenne (UE) accorde un « intérêt stratégique » à la coopération halieutique avec le Maroc, a souligné Mohammed Zakaria Aboudahab, professeur des relations internationales à l’Université Mohammed V de Rabat.

Les signes « positifs » émis par l’UE et le Maroc à travers le communiqué conjoint publié à l’issue de la 5ème session de la Commission Mixte chargée du suivi de l’Accord de pêche, tenue jeudi à Bruxelles, renseignent sur un avenir favorable quant au renforcement de la coopération dans le domaine de la pêche, tenant compte des intérêts stratégiques du Royaume, a expliqué M. Aboudahab dans une déclaration à la MAP.

Il a relevé que la réunion de Bruxelles a été une occasion de préciser que l’Accord de pêche Maroc-UE est toujours en vigueur et que c’est le Protocole de pêche, conclu pour quatre ans (2019-2023), qui arrive bientôt à expiration (17 juillet).

« Ce protocole devrait être revu à la lumière des desideratas du Maroc », a estimé l’expert en relations internationales, ajoutant que cette nouvelle approche « devrait pousser les parties prenantes à réfléchir à de nouvelles modalités opérationnelles pour tenir compte des nouveaux paramètres exigés par le Royaume ».

M. Aboudahab a fait observer qu’il s’agit d’une étape « cruciale » du partenariat Maroc-UE dans le secteur de la pêche qui démontre « la force de négociation » du Royaume.

Il a rappelé, à cet égard, que la Déclaration de Rabat II, adoptée à l’issue de la 3ème Réunion ministérielle du Processus des Etats Africains Atlantiques tenue mercredi, met l’accent, entre autres, sur l’économie bleue, précisant que « le Maroc envisage désormais le secteur de la pêche dans le cadre d’une vision continentale, voir intercontinentale, qui tient compte de la dimension de l’économie bleue ».

M. Aboudahab a, en outre, mis en avant la pertinence des trois paramètres avancés par le Royaume dans le cadre de la réflexion approfondie en cours sur l’avenir de l’Accord de pêche.

Le premier aspect porte sur une révision de la doctrine sur laquelle l’accord était fondé jusqu’à présent, le deuxième qui « est extrêmement important sur le plan stratégique pour le Maroc », a trait à la valeur ajoutée de cet accord pour le Royaume, alors que le troisième concerne les aspects scientifiques de ce cadre de partenariat pour préserver la durabilité de la ressource, a-t-il fait observer.

« Nous sommes donc devant une nouvelle configuration et dans une nouvelle séquence historique », a-t-il conclu.

- Advertisment -