lundi 20 mai 2024

Un journal nord-macédonien pointe la connexion avérée entre les terroristes et le polisario

-

Le journal nord-macédonien MKD a mis en avant, mercredi, la connexion avérée entre les groupes terroristes en Afrique et les camps du ‘’polisario’’ à Tindouf, au sud-ouest de l’Algérie.

Les groupes terroristes tels que l’État Islamique (EI) et Al-Qaïda ont un accès facile aux camps de Tindouf, écrit le journal, reprenant des révélations de la radio allemande « BR 24 » sur la présence de ces groupes en Afrique, ainsi que sur leurs méthodes de propagande et de recrutement dans les zones d’instabilité.

‘’Les groupes extrémistes sont assez présents en Afrique et recrutent dans les grands camps de réfugiés. Ils utilisent les conflits dans leur propagande sur Internet, qui s’étend jusqu’en Bavière », fait remarquer la publication, citant le cas d’Ismail, un apatride de 38 ans, partisan du ‘’polisario’’, condamné en mai dernier à deux ans de prison et cinq ans de mise à l’épreuve pour « radicalisation » par la Cour nationale de justice de Madrid.

D’après MKD, tout un réseau s’est constitué autour d’Ismail pour promouvoir le djihad prôné par l’État islamique.

Les médias espagnols avaient en effet révélé que le dénommé Ismail – de son vrai nom Monni Ahmed Merhaba- avait, dans les semaines qui ont précédé son arrestation, publié des appels quotidiens au jihad et au martyre dans des vidéos qu’il a lui-même créées et diffusées via diverses applications mobiles. Il avait de même exprimé son adhésion à l’État islamique ainsi que sa haine de l’Espagne, qu’il a qualifiée de « terre de mécréance ».

Les enquêteurs espagnols avaient révélé les liens étroits d’Ismaïl, qui était proche d’Abu Walid, l’ancien dirigeant de l’EI et membre du « polisario », avec d’autres partisans de l’EI et dévoilé un réseau de dizaines de membres du « polisario » dans les camps de Tindouf, qui jouaient un rôle dans les activités de l’État islamique au Sahara et au Sahel, rappelle le quotidien.

Et de préciser que les investigations avaient également révélé, à partir du compte Facebook d’Ismaïl et de ses nombreux amis, un soutien fort apporté au « polisario », qui contrôle les camps de Tindouf, de plus en plus infestés par l’idéologie djihadiste extrémiste.

Les médias allemands, souligne MKD, citent plusieurs experts, dont Hans Jakob Schindler, directeur principal du Counter-Extremism Project, une organisation internationale à but non lucratif qui surveille et évalue la propagande des groupes terroristes en Afrique.

« L’Afrique devient de plus en plus un point névralgique du terrorisme islamiste et des attaques pourraient être lancées à partir de ce continent », a-t-il fait remarquer, ajoutant qu’il est toujours possible « d’instrumentaliser en Europe des personnes issues des régions en conflit, de les radicaliser et éventuellement de les motiver à commettre des attentats ».

Les autorités espagnoles et une organisation d’anciens officiers de renseignement ont analysé le réseau de propagande centré autour d’Ismail, notant que toutes les pistes mènent à la Syrie, à l’Espagne et aux camps de Tindouf en Algérie, a poursuivi le média nord-macédonien.

Le procès d’Ismail a révélé qu’il avait également utilisé un numéro de téléphone allemand pour dissimuler son identité, indique MKD, notant que l’État islamique a déclaré l’Afrique « zone d’émigration et de djihad » dans son magazine en ligne Al -Naba le 16 juin 2022″.

- Advertisment -