mardi 21 mai 2024

Nizar Baraka: La capacité des 12 stations de dessalement renforcée

-

La capacité globale installée de 12 stations existantes de dessalement de l’eau de mer s’élève à l’heure actuelle à 179 millions m3 par an, auxquels s’ajoutent quelque 37 millions de m3 issus du dessalement des eaux saumâtres, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

Cette capacité de production vient d’être renforcée par 110 millions de m3 à la faveur des apports de deux stations de Safi et Jorf Lasfar réalisées par l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) en vue d’approvisionner les villes de Safi et d’El Jadida en eaux potable et industrielle, a précisé Nizar Baraka dans une réponse à une question orale à la Chambre des représentants, lue en son nom par le ministre du Transport et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil.

Le ministre a souligné que cette capacité se développera dans les prochaines années avec des projets en cours de lancement ou de mise en service notamment à Sidi Ifni, Tafaya, Dakhla et Casablanca, notant que plusieurs stations sont actuellement en cours de réalisation, la plus importantes étant celle de Casablanca-Settat, avec une capacité de 300 millions m3/an et dont la première phase de construction se fera dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP).

A ce propos, Nizar Baraka a relevé que des projets futurs de dessalement devraient voir le jour à travers des PPP, lesquels constituent, selon lui, un moyen efficace pour mettre à profit les compétences créatives du secteur privé dans ce domaine, développer le niveau des études et des ouvrages en la matière et s’assurer d’une offre de services et de prestations de qualité dans un cadre contractuel tout en les livrant dans les délais escomptés.

En plus des stations planifiées dans le cadre du Programme National d’Approvisionnement en eau potable et l’irrigation (PNAEPI) 2020-2027, ces acquis seront renforcés davantage par le lancement d’autres projets de dessalement de l’eau de mer, conformément aux Hautes orientations royales visant à porter la capacité de production à 1 milliard m3/an à l’horizon 2030, a soutenu le ministre, rappelant que le Maroc a adopté depuis les années 1970 la technique de dessalement afin d’alimenter ses provinces du Sud en eau potable, en raison de la rareté des ressources hydriques conventionnelles à travers la construction de petites et moyennes stations dont celle de Laâyoune, Boujdour et Tan-Tan.

Il a également fait observer que la succession des épisodes de sécheresse, ces deux dernières années, a révélé la précarité du système hydraulique dans le Nord et le Centre du pays, ce qui nous impose de diversifier les sources d’approvisionnement notamment le dessalement qui a permis d’alimenter plusieurs régions du Royaume en eau potable et d’irrigation dont la ville d’Al Hoceima et la région du Grand Agadir.

- Advertisment -