vendredi 24 mai 2024

Être en surpoids n’accroît pas le risque de décès, mais l’obésité oui

-

Les personnes dont l’indice de masse corporelle (IMC) correspond à une situation de surpoids n’ont pas de risque accru de décès, contrairement aux personnes catégorisées comme obèses, selon une étude publiée dans la revue PLOS ONE, qui met en lumière les limites de cet indicateur.

La publication de la recherche intervient dans un contexte de prise de poids des populations, à la fois dans les pays riches et les pays plus pauvres. Aux États-Unis, plus de 70 % des adultes sont considérés comme en surpoids ou obèses.

Selon les auteurs de ces travaux, Aayush Visaria et Soko Setoguch de l’Université Rutgers dans le New Jersey, ces résultats montrent que d’autres indicateurs, comme la mesure de la répartition corporelle de l’excès de graisse, donnent davantage d’informations sur l’état de santé.

Quoique très utilisé dans le monde médical, l’IMC est de plus en plus considéré comme un outil limité pour évaluer l’état de santé d’une personne.

Je pense que ce que les gens devraient en tirer est que l’IMC seul n’est pas un très bon indicateur de santé, a dit à l’AFP Aayush Visaria. Cette mesure a son utilité car elle est très simple à calculer et très accessible, mais d’autres facteurs devraient être pris en compte, comme la mesure du tour de taille ou la densité des os et des muscles, a-t-il dit.

Le surpoids reste associé à des maladies comme le diabète ou des maladies cardiovasculaires, mais j’ai vu des gens avec des IMC similaires et des conséquences très différentes pour leur santé. »

— Une citation de  Aayush Visaria, Université Rutgers

L’étude a analysé les données de 550 000 adultes américains ayant répondu à une vaste enquête de santé entre 1999 et 2018, ainsi qu’une base de données de 2019 sur les décès. Plus de 75 000 personnes sont décédées durant la période étudiée.

Des informations ont été récoltées sur l’IMC des participants – calculé en fonction du poids et de la taille déclarés – ainsi que sur d’autres facteurs comme l’exercice physique, le tabagisme, d’éventuelles maladies chroniques ou encore la couverture santé.

- Advertisment -