mardi 21 mai 2024

Collecte des déchets durant Aïd Al-Adha, un casse-tête pour les éboueurs

-

Derrière l’effervescence teintée de spiritualité qui accompagne habituellement les festivités de Aïd al-Adha, se dissimule un défi de taille pour les éboueurs: La collecte et le traitement des déchets occasionnés par les activités de l’Aïd est un véritable labyrinthe, mettant à rude épreuve les ressources et l’organisation des équipes dédiées à la préservation de la propreté.

La portée de ce défi s’étend bien au-delà de la normale, exigeant des éboueurs de gérer une marée déconcertante de déchets qui s’amoncellent dans les artères, mais, leur objectif demeure inchangé : préserver la propreté des villes tout en assurant une collecte efficace, en dépit des volumes démesurés.

Dans une déclaration à la MAP, Driss Atmani, responsable d’exploitation chez « Arma Environnement » à Rabat, met en lumière les défis et les efforts qui jalonnent cette période. « Les jours avant l’Aïd connaissent une augmentation remarquable des quantités de déchets qui accompagne l’achat des moutons et le nettoyage des maisons. Cela exige une augmentation parallèle des efforts et des moyens matériels et humains », affirme-t-il. Les mesures préparatoires dévoilées par M. Atmani témoignent d’une d’une orchestration minutieuse pour assurer une gestion efficace des déchets durant cette période cruciale.

« Des réunions de coordination avec les responsables de la commune et l’autorité locale commencent un mois à l’avance pour préparer les plans d’action. Ce plan, qui détaille le nombre et la quantité des moyens humains et matériels nécessaires, commence sept jours avant l’Aïd. Il comprend des moyens supplémentaires, qui peuvent aller jusqu’au double de ce qui est normalement nécessaire », révèle-t-il d’une voix empreinte de détermination.

Dans cette action logistique, l’aspect humain se fait une place de choix. « Nos personnels, artisans de cette tâche ardue, se voient gratifiés de primes exceptionnelles à cette occasion, un élan de motivation pour exacerber leurs efforts », ajoute Atmani, soulignant ainsi la reconnaissance accordée à ces acteurs indispensables de l’ombre.

En parallèle à la collecte et au traitement des déchets, des actions de sensibilisation prennent vie. « Plus de 20.000 unités de sacs en plastique et des flyers explicatifs sur la façon de traiter les déchets de l’Aïd sont distribués. Il y a aussi des animateurs équipés de tricycles qui circulent dans la majorité des quartiers de la ville et entrent directement en contact avec les citoyens », précise-t-il, mettant ainsi en lumière une approche holistique et une volonté de toucher les citoyens directement, de les impliquer dans cette quête commune.

Ce défi, d’une ampleur inouïe, consiste donc à mobiliser des cohortes de bras et de véhicules de collecte pour affronter la montée exponentielle de la production de déchets durant cette période spéciale. Les éboueurs, telles des sentinelles de propreté, se heurtent à des défis particuliers liés à la nature des déchets engendrés lors de l’Aïd al-Adha, tels les restes de viande, les peaux d’animaux et les emballages alimentaires, autant de fragments éphémères d’une festivité intense.

Dans une déclaration à la MAP, Mohamed, éboueur à Rabat, partage son expérience à l’approche de l’Aïd al-Adha. Son visage, buriné par des années de labeur, s’illumine d’une lueur résolue, reflet d’une mission qui l’anime avec passion : « C’est une période où l’on met des efforts exceptionnels. Nous sommes sur le pied de guerre, prêts à tout pour maintenir notre ville propre. C’est un challenge de taille, mais l’accomplir chaque année est une source de fierté pour nous ».

Abdelfattah, son compagnon de labeur, conducteur de camion de collecte, porte un regard bienveillant sur le travail accompli durant l’Aïd al-Adha. Pour lui, ce n’est pas simplement une tâche ordinaire, mais une responsabilité envers la communauté tout entière. Il confie à ce propos: « Notre rôle durant la fête va au-delà de l’ordinaire. Nous veillons à ce que l’Aïd se déroule dans un environnement sain et propre pour tous. C’est notre contribution personnelle à la fête ».

Ces témoignages illustrent l’immense dévouement déployé par les travailleurs de la propreté lors de l’Aïd al-Adha. Cette fête, porteuse de joie et de spiritualité, se révèle ainsi être un défi herculéen pour ces équipes de l’ombre. Grâce à leur détermination et à une planification minutieuse, ils veillent à la salubrité des villes en cette période exceptionnelle. C’est donc l’occasion de rendre hommage à ces héros de l’ombre, de reconnaître la valeur inestimable de leur travail qui va bien au-delà de la simple collecte des déchets. Leur labeur représente un véritable acte citoyen, un témoignage vivant de leur engagement envers la communauté tout entière.

- Advertisment -