mardi 21 mai 2024

Le prix du lait infantile continue sa montée

-

A l’instar de plusieurs produits de première nécessité, le prix du lait infantile enregistre depuis quelques semaines une augmentation remarquable. Cette augmentation qui varie entre 7 et 24 DH vient alourdir les charges des familles. Comment expliquer cette nouvelle augmentation? Quelles sont les conséquences directes sur le consommateur? Explications.

Récemment, le Maroc a lancé la campagne nationale de l’allaitement maternel. Une campagne qui rappelle encore une fois l’importance et les bienfaits du lait maternel sur la santé du bébé et de la maman allaitante. Hors, et pour des raisons diverses, certaines mamans n’arrivent pas à allaiter et se trouvent obligées d’acheter le lait infantile pour leur nourrisson.

Le lait infantile, un produit de luxe?

Vendu en pharmacie, le lait infantile renferme des vitamines indispensables pour la santé et la croissance du bébé à savoir la vitamine A, la vitamine B et la vitamine D. Ce lait est classé en 3 catégories, à savoir celui premier âge, du deuxième et du 3e âge.

Les prix des trois catégories ont connu durant ces dernières semaines une nouvelle augmentation comme l’explique Wadie Madih, président de la Fédération nationale des associations du consommateur: « Le prix du lait pour bébé continue d’augmenter depuis quelques semaines. Nous n’avons pas d’explications sur les raisons de cette nouvelle augmentation puisque cela se fait au niveau du fournisseur dans certains cas. Dans d’autres cas, cela se fait avec l’accord du ministère de la Santé ». Et d’ajouter: « Il faut savoir que lait infantile premier âge est considéré comme un ‘médicament’. De ce fait le professionnel n’a pas le droit d’augmenter le prix sans accord et l’autorisation du ministère. Toutefois, il se trouve que le ministère a accordé cette augmentation du lait pour enfant en 2022 ».

Contrairement au lait premier âge, le prix des produits du 2e et 3e âge peuvent être augmenté sans l’aval de la tutelle « le lait 2e et 3e âge est considéré comme un complément nutritionnel, donc le fournisseur peut augmenter le prix sans autorisation. Cette fois ci, l’augmentation qui varie entre 7 et 24 DH a été décidée sans prendre en considération le pouvoir d’achat du consommateur », explique le militant.

Quelles répercussions sur le consommateur?

Pour Wadie Madih, les répercussions sont lourdes sur la santé mais aussi sur le pouvoir d’achat du citoyen « à défaut de pouvoir acheter le lait infantile à leur bébé, les parents cherchent des produits de substitution. On remarque par exemple sur les réseaux sociaux des informations qui peuvent induire en erreur les parents et qui peuvent même représenter un danger sur la santé du bébé. Ce n’est pas tout, d’autres parents optent pour le lait industriel ou le lait de vache non pasteurisé, ce qui peut causer plusieurs maladies à leurs bébés ».

A part les répercussions sur la santé du nourrisson, l’augmentation du prix du lait infantile alourdit les charges des familles. « Je tiens à rappeler qu’un pot de lait infantile se consomme durant 3 jours maximum et avec cette augmentation de 24 DH sur le produit, le citoyen se retrouve avec une augmentation journalière de 8 DH. Une nouvelle somme qui s’ajoute à une liste de produits chers. Certes le gouvernement fait des efforts pour soulager les charges sur les citoyens mais le simple consommateur ne le ressent toujours pas sur son panier », conclut Madih.

Source SNRTnews

- Advertisment -