mardi 28 mai 2024

« The Flash » : Ezra Miller et son double partent à la conquête d’un multivers peuplé de stars invitées

-

The Flash d’Andy Muschietti, le réalisateur de Ça, offre une occasion de prendre une double dose d’Ezra Miller. Le comédien, spécialisé dans les rôles d’ados mal dans leur peau depuis We Need To Talk About Kevin, Le Monde de Charlie et Les Animaux fantastiques, incarne le héros et son double qui se croisent dans le même monde à la suite d’une manipulation imprudente du temps.

« La performance d’Ezra Miller m’a impressionné, avoue Andy Muschietti . J’avais souvent l’impression d’avoir deux acteurs différents face à moi tant Ezra était subtil dans sa façon d’aborder chacun des deux personnages. » Le premier, un peu trop sûr de lui, maîtrise ses pouvoirs mais a fait la grosse bêtise de vouloir modifier son passé. Le second, grand dadais potache, ignore qu’il sera un superhéros et vit sa vie de façon insouciante. Leur rencontre n’est évidemment pas de tout repos surtout que le monde est menacé par le général Zod, méchant extraterrestre qui détruira les humains si on ne lui livre pas son pire ennemi réfugié parmi les terriens.

Des surprises et des défis

« Le plus grand défi a été d’élaborer les univers visuels des différents multivers qu’il a fallu totalement créer, explique le réalisateur. Il fallait que tout soir clair pour les spectateurs afin qu’ils se sentent jamais perdus. » Et le public de partir découvrir des mondes où les fans des comics DC seront particulièrement à la fête. Chaque détail réserve son lot de citations fort réjouissantes où renaissent des incarnations des différents personnages.

A la suite d’Ezra Miller, le public découvre des univers variés peuplés de stars et de super-héros qu’il serait dommage de citer. « C’était l’un des enjeux du film de les réunir dans un même film », s’amuse Andy Muschietti qui avoue espérer que personne ne viendra gâcher la surprise des fans en révélant l’identité des invités. Le plaisir est immense car l’enthousiasme des auteurs pour cet univers est fort communicatif. Il arrive qu’on soit touchés en plein cœur par certaines réapparitions. « J’ai souhaité que le film brasse de nombreuses émotions », dit le réalisateur. On garantit que quelques passages nous ont fait un choc et qu’ils justifient largement d’aller voir The Flash.

- Advertisment -