mardi 21 mai 2024

Hilale: «l’ONU compterait 600 Etats si on manipulait l’autodétermination à la façon algérienne»

-

L’ambassadeur du Maroc aux Nations Unies, Omar Hilale, a livré une analyse pertinente au sujet du principe d’autodétermination que l’Algérie manipule sans scrupule afin de soutenir le séparatisme au Sahara marocain. Une manipulation périlleuse qui aurait des conséquences irréversibles si elle s’était appliquée au niveau mondial. Détails.

L’Ambassadeur du Royaume n’a pas manqué de rappeler les conséquences de la manipulation du principe d’autodétermination tel que le fait l’Algérie pour promouvoir la thèse séparatiste au Sahara marocain. A cet égard, il a rappelé que « si les Nations Unies venaient à appliquer le principe de l’autodétermination selon l’interprétation algérienne, cette organisation compterait plus de 600 Etats membres au lieu de 193 et l’Algérie compterait 3 pays ». M. Hilale a rappelé à son collègue algérien que l’autodétermination ne peut être revendiquée pour les uns et refusée pour d’autres.

Par ailleurs, et rétorquant à des assertions ironiques de l’ambassadeur algérien sur la soi-disant “prétention” du Maroc que le Sahara est un paradis, M. Hilale a indiqué que le Maroc n’a jamais prétendu que le Sahara est un paradis et qu’il est conscient que, comme partout ailleurs, il y a toujours des progrès et améliorations à réaliser. Cependant, le Sahara marocain jouit du respect des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’élection libre et transparente des représentants légitimes de sa population, qui interviennent régulièrement devant le C24, a-t-il souligné.

Et l’ambassadeur Hilale d’ajouter qu’à l’opposé, les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, se voient imposer, depuis plus de 45 ans, les représentants du “polisario”, entité créée par l’Algérie. Ces représentants ne sont nullement élus, mais désignés, imposés et financés par le gouvernement algérien, dans une absence totale de démocratie, a-t-il indiqué.

Le Représentant permanent du Maroc a relevé qu’il comprend la jalousie de son homologue algérien au sujet de l’élan et de la dynamique économique que connaît la région du Sahara marocain, soulignant que l’ambassadeur algérien n’est pas sans ignorer que les régions de Laâyoune et Dakhla, qu’il prétend fallacieusement être “occupées”, sont plus développées que certaines régions de l’Algérie, qui sont indépendantes depuis plus de 60 ans. Établissant une comparaison entre le Sahara marocain et l’Algérie, M. Hilale a indiqué que la population des provinces du Sud ne fait pas la queue pour se procurer de la farine ou acheter la banane.

En outre, M. Hilale a déclaré que la population des provinces du Sud du Maroc se déplace librement, fait des déclarations aux médias, même à la presse et la télévision algériennes, sans être gênée, ni préoccupée. D’autant qu’elle participe à la vie et à l’émancipation politiques du pays, ce qui est loin d’être le cas en Algérie où les journaux sont fermés, les télévisions censurées, les opposants politiques emprisonnés et les associations des droits de l’Homme et les partis politiques dissous, a-t-il martelé devant les membres et observateurs du C24.

- Advertisment -