mercredi 19 juin 2024

Albares accuse l’Algérie d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Espagne

-

«Ce que nous voulons de l’Algérie, c’est le respect mutuel et la non-ingérence dans nos affaires intérieures». Des propos qui portent la signature du ministre espagnol des Affaires étrangères, dans une interview accordée, dimanche 23 avril, au quotidien El Espagnol, dont des extraits ont été publiés par des médias proches du Polisario.

«Avec l’Algérie, nous voulons des relations basées sur l’amitié, car l’amitié c’est ce que le peuple espagnol a à l’endroit du peuple algérien», a déclaré le chef de la diplomatie.

Le ministre espagnol s’est dit confiant en une évolution positive dans les relations avec l’Algérie, qui sera basée sur «le bénéfice mutuel, la non-ingérence dans les affaires intérieures et le respect mutuel. J’espère que le plus tôt possible cette amitié prévaudra entre nous, comme elle l’est avec tous nos voisins».

Depuis le soutien de Pedro Sanchez au plan marocain d’autonomie au Sahara marocain, acté le 14 mars 2022, Albares n’a eu de cesse d’exhorter l’Algérie à éviter toute ingérence dans les affaires intérieures de son pays. L’Espagne est un pays «libre et souverain» pour prendre ses propres décisions en matière de politique étrangère, avait-il précisé le 24 juin 2022.

Des appels ignorés par le pouvoir algérien. «L’Espagne a commis un acte inamical à l’égard de l’Algérie» sur la question du Sahara, avait estimé le président Abdelmadjid Tebboune pour justifier la suspension du traité d’amitié avec l’Espagne et la fermeture du marché algérien devant les exportateurs espagnols.

- Advertisment -